Publicité

Les prix du pétrole à leur plus haut depuis onze mois

Dépassant à nouveau les 73 dollars le baril, le pétrole est poussé vers le haut par une demande soutenue, liée notamment aux départs en vacances.

Les prix du pétrole montaient jeudi à l'ouverture du marché new-yorkais, le marché réagissant à une baisse des réserves américaines de brut, malgré une amélioration du niveau des stocks d'essence, sujet d'inquiétude récurrent ces derniers temps.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en août prenait 69 cents à 73,25 dollars vers 13H15 GMT. Il a, lors des échanges électroniques, amélioré son plus haut depuis le 25 août 2006, en grimpant jusqu'à 73,42 dollars.

Selon Eric Wittenauer, analyste d'AG Edwards, ce mouvement suit l'annonce mercredi d'un recul des stocks américains de brut "qui s'explique en grande partie par une baisse importante des importations", alors qu'une "forte demande en brut devrait se poursuivre".

D'après le rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie (DoE), les réserves de brut ont reculé de 1,4 million de barils à 352,6 millions de barils, lors de la semaine achevée le 6 juillet. Et les importations de brut ont baissé de 753.000 barils par jour à plus de 10 millions de barils par jour.

En revanche, les réserves d'essence, qui inquiétaient le marché depuis plusieurs semaines en cette période de grands déplacements estivaux, ont enregistré une progression de 1,2 million de barils, supérieure aux prévisions des analystes. Elles restent néanmoins inférieures de 3,8% à leur niveau de l'an dernier.

Le taux d'utilisation des raffineries a progressé à 90,2%, alors qu'elles devraient tourner à 95% de leurs capacités pour répondre à la forte demande saisonnière.

"Il y a beaucoup de spéculateurs sur le marché à présent", a également affirmé Nas Nijjar, analyste chez CMC Markets. "Nous allons commencer à voir débarquer des fonds à la recherche de hausses de prix encore plus importantes", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a adressé mercredi une fin de non-recevoir aux pays consommateurs de pétrole espérant une augmentation de son offre de brut, en estimant que la hausse des prix du pétrole n'était aucunement liée à un problème d'approvisionnement en brut.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés