Master Finance: au moins 40 clients lésés

©Photo News

Le cabinet de conseil aux investisseurs se prononcera début mars sur l'opportunité d'une action collective pour les épargnants lésés. "Il est encore trop tôt pour se prononcer sur une éventuelle action collective de Deminor sur ce dossier. Deminor continue à l'heure actuelle son étude indépendante en vue de dégager les éventuelles responsabilités des intervenants, et proposer le cas échéant un plan d'action", a indiqué Deminor.

Bruxelles (L'Echo) - Comme on le sait, Deminor planche sur la faillite du courtier en assurances Master Finance, et sur les conséquences pour les clients lésés par la vente de produits présentés comme des investissements à capital garanti.    

Le cabinet de conseil aux investisseurs Deminor se donne un mois pour débroussailler ce dossier complexe, et y donner d'éventuelles suites juridiques. "Il est encore trop tôt pour se prononcer sur une éventuelle action collective de Deminor sur ce dossier. Deminor continue à l'heure actuelle son étude indépendante en vue de dégager les éventuelles responsabilités des intervenants, et proposer le cas échéant un plan d'action", a indiqué Deminor.

Défaut d'information

Les conclusions de cette étude seront dévoilées vers le 1er mars 2010 aux personnes s'étant manifestées auprès de Deminor.

Une quarantaine d'investisseurs se sont déjà fait connaître au cours des derniers jours, a fait savoir Deminor.

" Dans plusieurs cas, les produits semblent avoir été vendus comme des contrats d'assurance simples de Prudential ou d'Aviva à capital garanti alors qu'il s'agissait en réalité d'un investissement complexe dans des contrats d'assurance Hansard (ndlr : une société irlandaise) ayant comme investissement sous-jacent un compartiment spéculatif et à fort levier Dominion (…), un fonds basé à Guernesey (…) ", souligne Deminor.

Sur la base des témoignages récoltés, il semble que les investisseurs n'aient pas été correctement informés quant à la nature et aux risques de l'investissement proposé.

" Les produits ont été diffusés par Masterfinance mais aussi des courtiers indépendants pour le compte de Masterfinance ", explique Edouard Fremault, du cabinet Deminor. " A première vue, les produits ont été davantage distribués dans le sud du pays que dans le nord. Mais cela reste encore à préciser ", ajoute-t-il.

Deminor souligne encore que de " nombreuses questions se posent " -notamment sur les liens et relations contractuelles entre Master Finance, la compagnie d'assurance Hansard, le groupe Dominion et les compagnies d'assurance Prudential et Aviva - et qu'il s'agit d'un dossier " complexe " car les responsabilités doivent être analysées conformément aux législations applicables en Belgique, au Luxembourg, en Irlande, à l'Ile du Man et à Guernesey.

Dominion, pièce maîtresse du dispositif, est actuellement encore active en Belgique, a insisté Deminor.

 

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés