Mention très bien pour les "blue chips" françaises

©PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Les résultats d'entreprises arrivent en force ce mercredi à Paris. Et le moins que l'on puisse dire c'est que PPR, Accor, Bouygues, et Gaz de France, ne décevront pas les investisseurs. Leurs résultats en 2007 grimpent en effet de façon conséquente.

(afp) - Accor, PPR, Bouygues, et Gaz de France, les Blue Chips de la place parisienne publient ce mercredi matin avant Bourse des résultats pour l'année 2007 en hausse significative. De bonnes nouvelles qui devraient encourager le CAC 40 en séance.

  • PPR (Pinault Printemps la Redoute) : Le groupe de luxe et de distribution PPR publie un bénéfice net de 922 millions d'euros en 2007, en hausse de 34,6% par rapport à 2006, supérieur aux attentes d'analystes qui prévoyaient 851,93 millions.
    Le bénéfice opérationnel courant (BOC) a atteint 1,7 milliard d'euros, 32,9% de plus qu'en 2006.
    Ces progressions s'expliquent par les performances de son conglomérat CFAO, dont le BOC a augmenté de 27%, de la Fnac (+15%) et de l'ensemble des marques de son groupe de luxe (+29%), au sein duquel les plus fortes progressions ont été réalisées par Bottega Veneta (+69%), Yves Saint Laurent (+35%) et YSL Beauté (+100%).
    Fort de ses performances, PPR prévoit de verser un dividende de 3,45 euros au titre de l'exercice écoulé, 15% supérieur à 2006.PPR "compte réaliser, en 2008, une nouvelle année de croissance et d'amélioration de ses performances financières", mais ne donne aucun détail sur son projet de cession de l'enseigne informatique Surcouf, filiale de la Fnac.

 

  • ACCOR: Le groupe d'hôtellerie et de services Accor versera à ses actionnaires un total 750 millions d'euros, par le biais d'un rachat d'actions à hauteur de 400 millions d'euros et le versement d'un dividende exceptionnel d'environ 350 millions d'euros.
    L'annonce a été faite à l'occasion de la publication des résultats annuels 2007, en forte hausse et supérieurs au consensus des analystes. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 883 millions d'euros en 2007, en hausse de 76,2% sur un an.
    Le chiffre d'affaires, déjà annoncé, ressort en hausse de 6,8% à 8,121 milliards d'euros, selon le communiqué du groupe.  La marge brute d'exploitation, "la plus forte jamais enregistrée" par Accor, représente 28,6% du chiffre d'affaires, en hausse de 1,2 point par rapport à 2006.
    Le bénéfice net intègre 319 millions d'euros de plus-values réalisées dans le cadre de cessions immobilières au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas, une plus-value de cession de 204 millions d'euros pour Go Voyages et une moins-value de 174 millions d'euros due à la cession de Red Roof Inn.

 

  • BOUYGUES: Le groupe diversifié a réalisé un bénéfice net de 1,376 milliard d'euros en 2007, en hausse de 32% et prévoit un chiffre d'affaires 2008 en progression de 9% à 32,3 milliards d'euros pour 2008, indique mercredi un communiqué du groupe.
    Le chiffre d'affaires du groupe, déjà publié, a été de 29,6 milliards d'euros pour 2007, en hausse de 12%. Dans ses prévisions pour 2008, Bouygues annonce un objectif de chiffre d'affaires de 32,3 milliards d'euros, soit une progression de 9%.
    Un dividende de 1,50 euro par action sera proposé lors de la prochaine assemblée générale, en hausse de 25%. Au cours de cette réunion, qui se tiendra le 24 avril, il sera également proposé de nommer de nouveaux administrateurs au conseil d'administration.
    L'endettement net de Bouygues s'élève à 4,3 milliards d'euros: "quasiment stable (+3%) malgré des investissements financiers significatifs de 1,7 milliard d'euros".

 

  • GDF: Gaz de France, qui doit fusionner avec le groupe d'énergie et d'environnement Suez avant fin juin, a dégagé en 2007 un bénéfice net en hausse de 7,6% à 2,5 milliards d'euros, a annoncé mercredi le gazier français dans un communiqué.
    L'exécedent brut d'exploitation augmente de 10% à 5,7 milliards d'euros, et devrait atteindre 6,1 milliards en 2008, selon GDF.
    Gaz de France avait indiqué le 23 janvier qu'il s'attendait désormais à un excédent brut d'exploitation supérieur à celui de 2006, qui avait atteint 5,149 milliards d'euros, et non plus "en ligne" avec 2006.
    Le chiffre d'affaires, déjà publié, a accusé en 2007 un petit recul de 0,8% à 27,427 milliards d'euros, en raison de "conditions climatiques contrastées" et d'un retour à la croissance en fin d'année.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés