Publicité

Montant record pour les IPO en Europe qui bat les USA haut la main

Quelque 651 introductions en Bourse ont été réalisée en 2006 en Europe permettant de lever 66 milliards d'euros, indique une étude publiée par le cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers (PWC). C'est presque le double de ce qui a été levé aux Etats-Unis (36,3 milliards d'euros). De son côté, la Chine a enregistré 137 introductions pour 47,4 milliards d'euros.

(afp) L'année 2006 a été faste pour les introductions en Bourse (IPO) sur les places européennes, avec un total de 66 milliards d'euros levés, presque deux fois plus que sur les marchés américains, selon un bilan publié par le cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers.

"L'Europe a connu sur l'ensemble de l'année 2006 une année boursière record avec 651 introductions ayant levé 66 milliards d'euros. Ceci contraste avec les marchés américains qui ont seulement accueilli 224 introductions levant ainsi 36,3 milliards d'euros alors que la Chine a enregistré 137 introductions pour un total de 47,4 milliards d'euros", précise ce rapport.

Sur le seul quatrième trimestre 2006, la valeur des introductions en Europe a atteint 25,7 milliards d'euros, précise encore PWC. Sur cette période, Londres est resté la première place avec 10,3 milliards d'euros levés, Euronext se classant deuxième avec 7,8 milliards levés, loin devant les 3 milliards levés sur Deutsche Börse, l'opérateur de la Bourse de Francfort.

Quant à 2007, "nous devrions continuer à voir un flux régulier de sociétés nationales et internationales s'introduire en Bourse sur les marchés européens", prévoit Thierry Charron, un des associés de PWC spécialisés dans les marchés de capitaux.

Selon lui, si "la demande des investisseurs est toujours difficile à prédire (...) nous pouvons nous attendre à voir un marché des IPO florissant en 2007 si aucun évènement mondial ne vient déstabiliser les marchés".

Selon le cabinet, "la forte performance de l'Europe a été soutenue par les entreprises internationales qui ont encore préféré Londres à New York" : quelque 91 entreprises internationales se sont introduites à Londres l'an dernier levant ainsi 15,2 milliards d'euros, là où Wall Street n'a pu attirer que 22 entreprises étrangères pour un total de 4,8 milliarsds d'euros levés.

Ces conclusions confirment d'autres études, dont le bilan 2006 réalisé par le cabinet Ernst and Young, publié en décembre et qui avait également montré la faible attractivité des marchés américains, pénalisés par une règlementation très contraignante, face aux Bourses asiatiques et européennes.

Selon les analystes, la difficulté grandissante des marchés américains à attirer des entreprises étrangères face à la concurrence grandissante de l'Asie et de l'Europe, est l'une des raisons de l'intérêt de Wall Street pour le Vieux Continent, le Nasdaq tentant actuellement de racheter le LSE et la Bourse de New York (Nyse) étant en cours de rapprochement avec Euronext.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés