P&V maigrit et redevient bénéficiaire

©Wim Kempenaers (WKB)

Le groupe P&V a réduit ses effectifs de 150 personnes sur un total d'environ 1.800, et renoue avec la rentabilité, après une année 2008 catastrophique.

Bruxelles (L'Echo) - Le actuel CEO du groupe, Jacques Forest, et son successeur désigné, Hilde Vernaillen, annoncent dans une interview à paraître demain dans L'Echo de demain des bénéfices significatifs en 2009 pour toutes les sociétés du groupe, après une année 2008 catastrophique. 

"La société la plus importante du groupe, Vivium, aura un résultat légèrement supérieur à 110 millions d’euro, dont  90 millions serviront à renforcer nos fonds propres, précisent-ils. P&V Assurances terminera l’année avec un résultat de plus de 60 millions d’euros. Et toutes les autres sociétés sont éaglement en boni", indiquent-ils.

Le portefeuille de placement du groupe, qui avait enregistré en 2008 une moins-value de 450 millinons d'euros, se redresse. Et le capital de l'entreprise a été renforcé, l'an dernier, de 150 millions d'euros, alors que 150 personnes ont quitté l'entreprise sur un effectif total de 1.800 collaborateurs.

"De l'argent venus de nos partenaires traditionnels, précisent les dirigeants du groupe: les assureurs français Maif et Macif ou l’italien Unipol, et les coopérateurs belges, comme les mutualités, les syndicats…  Cela nous a donné une bouffée d’oxygène au plus dur de la crise, qui nous a permis de nous consacrer à notre métier".

P&V, qui est toujours en train de digérer l'intégration d'ING Insurance, acquis en 2007, se dit malgré tout prêt à regarder d'autres acquisitions potentielles, pour autant qu'elles apportent une plus-value au groupe.

Seraient-ils intéressés par Fidea? "Pour des compagnies belges qui travaillent avec des courtiers, cela signifie un chevauchement d'activité", remarquent-ils. "Des intérêts étrangers vont certainement être prêts à payer plus que nous ne pouvons payer."

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés