Résultats du commerce extérieur français en mai

Le déficit du commerce extérieur de la France a été ramené à 1,797 milliard d'euros en mai contre 2,022 milliards en avril (chiffre révisé) en données corrigées des variations saisonnières, ont indiqué mardi les Douanes.

(afp) Les exportations ont progressé en mai à 33,113 milliards d'euros contre 32,486 milliards en avril, tandis que les importations progressaient dans une moindre mesure, atteignant 34,910 milliards d'euros contre 34,508 milliards en avril.

Sur les 12 derniers mois, le déficit cumulé atteint -25,614 milliards d'euros et sur les cinq premiers mois de l'année, le déficit cumulé en données CVS est estimé à -10,229 milliards d'euros contre -9,271 milliards sur la même période de 2005.

Le commerce extérieur "marche très fort en ce moment", avait déclaré lundi sur LCI la ministre déléguée au Commerce extérieur Christine Lagarde. "On progresse plus vite que le commerce mondial, ce qui veut dire qu'on est en situation de gain de parts de marché" et "nos exportations progressent plus vite que nos importations, ce qui veut dire qu'on est en train de résorber le déficit", a-t-elle dit.

En mai, la France a vendu 20 Airbus pour un total de 1,213 milliard d'euros, contre 25 Airbus pour un montant de 1,428 milliards le mois précédent.

Interrogée sur la forte baisse des commandes de l'avionneur au premier semestre, Mme Lagarde a qualifié le phénomène de "préoccupant", tout en assurant qu'il "faut relativiser".

Dans le secteur industriel, les exportations de biens de consommation ont retrouvé "une croissance régulière", soulignent les Douanes, mais les importations ont été également vigoureuses "surtout par le dynamisme des équipements audiovisuels à l'approche de la Coupe du monde de football".

Même si les exportations de véhicules automobiles ont progressé, il ne s'agit pas pour autant d'une relance, mais la progression des importations s'est interrompue dans ce secteur.

Les exportations de biens intermédiaires ont augmenté en mai, surtout grâce aux ventes de métaux, particulièrement dynamiques, et l'agroalimentaire a effacé son recul du mois précédent, grâce notamment aux ventes de blé.

Quant au montant des achats de produits énergétiques (pétrole et gaz), il est stabilisé "à un niveau très élevé". En mai, la facture énergétique de la France s'est ainsi soldée par un déficit de 3,780 milliards d'euros contre 3,810 milliards en avril.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés