Publicité

Reynders: "Il est normal que les citoyens défendent leur point de vue"

"Je pense que nous devons laisser les actions en justice se dérouler", a déclaré Didier Reynders sur le plateau de Mise au Point. Dissonance par rapport aux propos tenus par Yves Leterme? "A chacun son style", a-t-il d'abord répondu avant d'ajouter "mais oui il a raison, c'est aux actionnaires de voir si ils veulent prendre le risque de voir le groupe tomber en faillite et de tout perdre".

Bruxelles (L'Echo) - Invité de la RTBF, ce dimanche midi à l'émission Mise au Point, le ministre des finances Didier Reynders s'est une nouvelle fois exprimé sur le dossier Fortis. Et l'homme fort du MR reste sur ses positions: les décisions prises concernant Fortis et les autres banques belges visaient toujours le même but à savoir protéger l'épargne, l'emploi et l'accès aux crédits pour les entreprises comme pour les particuliers.

Au sujet de l'avis rendu cette semaine par le ministère public sur la vente de Fortis Banque à BNP Paribas, Reynders a déclaré "il est normal que des citoyens défendent leur point de vue comme nous défendons le nôtre. de voir le groupe tomber  en faillite et de tout perdre".Je pense que nous devons laisser les actions en justice se dérouler". Dissonance par rapport aux propos tenus par Yves Leterme? "A chacun son style", a-t-il d'abord répondu avant d'ajouter "mais oui il a raison, c'est aux actionnaires de voir si ils veulent prendre le risque de voir le groupe tomber en faillite et de tout perdre".

Le ministre des Finances a au passage égratiné les avocats "qui collectent des fonds avant de lancer une action en justice" et les associations de défense des actionnaires qui ont lancé "une calomnie" en avançant qu'il était au courant de la situation périlleuse de Fortis et ne l'avait pas communiquée au grand public.

 

Finalement au sujet de l'affaire De Gucht - le parquet a ouvert une enquête sur un possible délit d'initié suite à la vente par son épouse de titres Fortis  -,  Reynders  dit espérer que la situation ne se prolongera pas sinon, "ce sera à lui de voir s'il peut tout mener de front" sa défense et son portefeuille.

 

A-S. B.
as.bailly@lecho.be

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés