Royal Bank of Scotland veut détruire ABN Amro, selon Barclays

La banque britannique Barclays a opposé jeudi son projet de rachat d'ABN Amro à celui de sa concurrente Royal Bank of Scotland, en accusant cette dernière de vouloir détruire la néerlandaise.

(afp) Barclays a lancé lundi une OPA valorisant ABN Amro à environ 64 milliards d'euros, mais un consortium réunissant Royal Bank of Scotland, l'espagnol SCH et le belgo-néerlandais Fortis a surenchéri mercredi avec une offre d'achat informelle d'un montant de 72 milliards d'euros.

"La proposition de Barclays et celle du consortium sont aux antipodes l'une de l'autre", a estimé le directeur général de Barclays, John Varley, dans un communiqué publié à l'occasion de l'assemblée générale du groupe.

"D'un côté, il y a la décision, prise par les conseils d'administration de Barclays et ABN Amro, de bâtir, via la fusion, l'une des meilleures banques du monde, avec tous les bénéfices qui s'ensuivent pour les clients, les actionnaires et les employés".

"De l'autre, il y a le démantèlement, en Dieu sait combien de morceaux, de l'une des plus grandes banques d'Europe", a-t-il souligné.

"Ce que souhaite ABN Amro est très clair. Et je veux qu'ABN, aux côtés de Barclays, prenne part à l'une des plus grandes réalisations bancaires, et écrive l'une des plus belles pages du secteur, au 21ème siècle", a poursuivi le dirigeant.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés