Publicité

Schouppe dément avoir reçu des informations d'initié sur KBC

Etienne Schouppe ©Sofie Van Hoof

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V) a démenti lundi "qu'une seule information de tiers ait joué un rôle" lors de la revente d'actions au début du mois de mai.

(belga) - Le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V) est soupçonné de délit d'initié. Le Parquet général de Bruxelles a confirmé lundi avoir ouvert une enquête judiciaire. Début mai, M. Schouppe avait vendu des actions KBC Ancora, juste avant que l'Etat fédéral ne doive venir à la rescousse de la banque et que le cours de bourse ne chute.

M. Schouppe a souligné lundi qu'il n'avait jamais été concerné par la gestion du dossier KBC au sein du gouvernement et qu'à cet égard il ne s'était jamais entretenu avec ses collègues mêlés à la négociation.

Le secrétaire d'Etat a également précisé qu'il était un investisseur actif depuis 30 ans et qu'à ce titre il achète et vend régulièrement des actions. M. Schouppe a souligné qu'il s'était toujours occupé personnellement de ses actions sans jamais s'informer auprès de tiers.

Il a confirmé avoir été informé par la Cour d'appel de l'ouverture d'une enquête le visant, lui et d'autres, après la vente d'actions il y a deux mois. Le Parquet examine à la demande de la CBFA si oui ou non il y a eu connaissance préalable d'informations confidentielles à l'occasion de cette vente. Selon le quotidien Het Laatste Nieuws, il s'agit d'actions KBC Ancora vendues juste avant que le gouvernement ne décide d'un troisième plan de sauvetage pour la KBC.

M. Schouppe a indiqué avoir assuré le magistrat chargé de l'enquête de toute sa collaboration, l'autorisant notamment à perquisitionner le cas échéant, et bien qu'il n'y soit pas obligé, son domicile et son bureau professionnel. M. Schouppe a indiqué qu'il n'avait rien à cacher.

Pour rappel, le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V) est soupçonné de délit d'initié. Début mai, M. Schouppe avait vendu des actions KBC Ancora, juste avant que l'Etat fédéral ne doive venir à la rescousse de la banque et que le cours de bourse ne chute, rapporte lundi Het Laatste Nieuws. L'information est relayée dans les quotidiens du groupe Sud Presse.

Une perquisition a été menée à la fin de la semaine dernière chez M. Schouppe à Liedekerke. Selon le journal, l'instruction a été ouverte à la demande du parquet général de Bruxelles. Il aurait reçu de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) un dossier dans lequel il apparaîtrait que M. Schouppe a vendu il y a deux mois en bourse un paquet d'action KBC Ancora. Il y aurait eu plusieurs transactions suspectes.

La vente des actions, qui date de début mai, est intervenue juste avant la troisième intervention des pouvoir publics.
Selon Het Laatste Nieuws, M. Schouppe reconnaît qu'il y a une enquête mais nie qu'il ait été perquisitionné. 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés