1.100 départs semblent inéluctables à ArcelorMittal Liège

Quelque 1.100 départs semblent inéluctables chez ArcelorMittal à Liège, selon les premiers éléments qui ont filtré de la réunion relative à l’avenir des activités d’ArcelorMittal dans le bassin liégeois.

Bruxelles (L'Echo) - Une réunion rassemble pour l’instant représentants syndicaux et membres de la direction générale autour des mesures nécessaires pour que la productivité de l’entreprise s’adapte à la chute conjoncturelle de la demande d’acier.

Concrètement ArcelorMittal s’attend, selon le délégué, à des résultats trimestriels (janvier-mars 2009) « très tendus » « et si la direction évoque plusieurs pistes pour retrouver sa rentabilité, toucher à la masse salariale est toujours le moyen le plus simple et le plus radical ».

Les représentants du personnel liégeois attendent cet après-midi pour voir quelles garanties la direction du sidérurgiste peut mettre dans la balance pour décider d’accepter ou non le plan mis sur la table.

« Ils nous disent qu’accélérer les pré-pensions suffira à retrouver la sérénité. Mais cette solution jette le flou sur l’avenir du HF6 lorsque la demande reviendra à la normal. Il est clair qu’en tournant à 50% de régime, comme c’est le cas actuellement, nous sommes en sureffectif. Le hic c’est que le HF6 est simplement mis en stand-by et que se séparer de nombreuses forces de travail et du savoir qu’elles représentent n’est pas un signe favorable alors que le flou est de vigueur quand nous abordons sa réouverture ». 

ArcelorMittal, qui avait réouvert en grande pompe le second Haut Fourneau liégeois en février 2008, avait dû se résoudre, fin octobre, à envisager des mesures face une forte baisse des commandes. Le HF6 devait alors cesser toute activité… théoriquement jusque février 2009. La direction annonçait également à l’automne chercher  une diminution de 35% de sa production à travers diverses mesures. Il avait notamment été fait état de 800 départs volontaires en Belgique.   « Depuis, il était prévisible que les choses empirent », commente Antonio Di Santo, président de la FGTB-Métal Hainaut-Namur qui attend de prendre connaissance des restructurations à l’étude avant de s’étendre plus largement.

Selon « La Libre Belgique » de mercredi matin, ArcelorMittal envisagerait par ailleurs le gel des salaires des travailleurs. L'information a été confirmée sur le temps de midi, de source syndicale. Pour des raisons de liquidités, le groupe voudrait mettre fin à un système de compensation de perte de revenu pour des travailleurs mutés et qui n'ont plus le même niveau de rémunération. Il souhaite également mettre fin au système de promotion financière dont bénéficient des travailleurs faisant plusieurs métiers au sein de l'entreprise.

Le départ dans les prochaines semaines de Francis Degée, responsable des activités ArcelorMittal pour Liège lui, se précise aussi.

François Bailly

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés