Publicité

Alcan juge "très peu probable" une surenchère sur l'offre de Rio Tinto

Bruxelles (afp) Le président du géant canadien de l'aluminium Alcan, Dick Evans, a estimé jeudi "très peu probable" une contre-offre d'un autre groupe après l'annonce d'un mariage de 38,1 milliards de dollars américains entre sa société et la minière anglo-australienne Rio Tinto.

"Il est toujours possible qu'un intrus se présente avec une autre offre. A notre avis, après une analyse en profondeur, nous croyons que Rio Tinto présente la meilleure combinaison possible et la meilleure offre. En ce sens, nous doutons qu'il y ait une contre-offre", a-t-il déclaré.

"Compte tenu de la valeur (que l'offre crée) pour nos actionnaires, de l'assurance de la réalisation de la fusion, de la complémentarité stratégique (de nos actifs), des synergies, je pense qu'il est très peu probable qu'un groupe présente une contre-offre", a-t-il précisé.

Alcan, qui avait racheté son concurrent français Pechiney en 2003, a accepté cette offre amicale à 101 dollars US par action de Rio Tinto, qui est supérieure de 33% à celle, hostile, déposée en mai par son rival américain Alcoa. Ce dernier proposait 73 dollars par action, en numéraire et en actions, pour un total de 28,8 milliards de dollars US, hors dette.

En discussions avec des "tierces parties" depuis le lancement de l'offre hostile d'Alcoa, Alcan auraient notamment été approché par le numéro un mondial du secteur minier, BHP Billiton, mais M. Evans a refusé de confirmer, invoquant des "accords de confidentialité".

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés