BNP Paribas Fortis et ING risquent de faire capoter la reprise de Decto

©BLOOMBERG NEWS

Le tribunal de commerce de Charleroi s'est prononcé en faveur de la reprise de la société spécialisée dans le découpage et l'usinage de tôles d'acier lourd. Mais les cxréanciers, BNP Paribas Fortis et ING, refusent de se soumettre à cette décision. Il revient maintenant à la cour d'appel de Mons de trancher.

(Belga) - BNP Paribas Fortis et ING ont décidé d'interjeter appel contre un jugement ordonnant le transfert de la société Decto au groupe français FLP alors que la loi sur la continuité des entreprises avait permis de sauver 60 emplois sur les 110 présents au sein de cette entreprise de Fleurus, rapporte mercredi La Libre Belgique.

Victime de la crise, Decto, société spécialisée dans le découpage et l'usinage de tôles d'acier lourd, décide de recourir à la nouvelle loi sur la continuité des entreprises, qui permet notamment la cession d'une activité à un tiers, sous autorité de justice.

Dans un jugement prononcé le 30 novembre, le tribunal de commerce de Charleroi accepte la vente de Decto à FLP. Les juges considèrent que l'offre de FLP, qui atteint 1,5 million d'euros, répond aux critères de la loi sur la continuité des entreprises.

Le tribunal de commerce de Charleroi constate notamment que l'offre soumise par FLP est supérieure à la valeur que les créanciers retireraient d'une vente des actifs de Decto, à savoir quelque 750.000 euros pour les biens immobiliers, principal patrimoine de l'entreprise.

Le tribunal tranche donc en faveur de la reprise de Decto par FLP. Mais les créanciers, à savoir BNP Paribas Fortis et ING, refusent de se soumettre à cette décision.

Il en revient maintenant à la cour d'appel de Mons de se prononcer sur le sort de Decto.

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés