Caterpillar Belgium: production en hausse, problème de compétitivité

Un chiffre d'affaires à la hausse pour les composants, une activité soutenue en 2007 mais des problèmes de compétitivité au-delà de cette année: c'est le tableau qu'a brossé vendredi à Gosselies, au siège de l'entreprise, l'administrateur-délégué de Caterpillar Belgium, Jean-Paul Faure.

(belga) 2006 aura été la troisième année de bons résultats, pour le chiffre d'affaires mondial de Caterpillar, avec 41,52 milliards de dollars et un bénéfice après taxes et impôts de 3,54 milliards de dollars. De son côté, Caterpillar Belgium a enregistré une légère hausse de production de ses machines (0,5% de plus qu'en 2005), hausse qui s'est élevée à 29% dans le domaine des composants. L'effectif est passé de 4.468 travailleurs en 2005, à 4.583 à la fin de l'an dernier.

Les investissements se sont poursuivis, en augmentation de 15% par rapport à l'année précédente, ce qui les porte à 120 millions d'euros pour les trois dernières années, notamment dans les robots de soudure et le centre d'usinage. Pour l'ensemble du groupe, a indiqué l'administrateur-délégué de Caterpillar Belgium, le volume des ventes devrait être similaire à 2006, ou en légère hausse de 5%, le volume de Caterpillar Belgium à Gosselies devant rester au niveau élevé de 2006.

Les activités vont d'ailleurs se poursuivre de manière soutenue cette année sur le site belge, a expliqué son responsable. Mais au-delà, le problème de la compétitivité de Gosselies va se poser, par rapport aux autres sites du groupe "jusqu'à constituer un danger sérieux", a-t-il ajouté. Une des faiblesses de Caterpillar Belgium réside dans ses coûts salariaux, selon Jean-Paul Faure pour qui, en revanche, le site belge dispose de la force de son expérience.

De nouveaux rôles ont été créés au sein de l'entreprise, grâce au CPS (Système de Production de Caterpillar) qui vise la simplification des processus de production à travers l'élimination de plusieurs formes de gaspillage ou d'activités à non-valeur ajoutée, comme le temps d'attente ou de transport. Ce système permet au personnel de production d'agir directement sur les améliorations à mettre en place pour améliorer les tâches dont il a la responsabilité. Caterpillar continue également à consacrer chaque année 8 millions d'euros à la formation de son personnel, et veille au respect de normes environnementales, a encore indiqué Jean-Paul Faure.

Cela se manifeste notamment dans le contrôle des rejets dans l'atmosphère, mais aussi au niveau de l'éclairage, entièrement remplacé et qui permet une réduction de consommation de 50%, ou dans le chauffage des bâtiments, où on passe progressivement du mazout au gaz naturel. Le tout a représenté en 2006 un investissement de 2,3 millions d'euros.

Photo belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect