CFE affiche bonne confiance pour 2010

Malgré un climat difficile principalement sur son pôle construction, qui a pesé sur ses résultats en 2009, CFE se montre confiant dans sa stratégie pour 2010. Ses actionnaires aussi.

Bruxelles (L'Echo) - Malgré une année 2009 difficile à cause de la crise économique qui a surtout touché le pôle construction, le management de CFE estime avoir limité la casse. Qu'il s'agisse du chiffre d'affaires, du carnet de commandes ou de l'Ebit, "les résultats sont en légère baisse par rapport à l'excellente année 2008, mais restent à des niveaux élevés", a commenté Renaud Bentégeat, administrateur délégué. Ses actionnaires - 31 étaient présents ou représentés, soit plus de 50% du capital - semblent du même avis puisqu’ils ont approuvé à l’unanimité tous les points à l’ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire.

Ils se verront remerciés de leur confiance par l’attribution d’un dividende de 1,2 euro brut, soit 0,9 euro net. La mise en paiement interviendra le 16 mai 2010. "Maintenir le dividende est pour nous une preuve de confiance dans la société", a ajouté le président du Conseil d'administration, Philippe Delaunoix.

PÔLE CONSTRUCTION

Le pôle construction a particulièrement souffert. D'une part parce que les marchés n'étaient pas bons et d'autre part parce que de grands contrats ont été exécutés, CFE a donc bien consommé sur son carnet de commandes. Pour 2010, Renaud Bentégeat a indiqué "que dans le domaine de la construction, il n’hésiterait pas à réduire ses activités", ajoutant "qu’il fallait aller vers de nouvelles régions".

Le groupe détient déjà 25% d'une concession dans le port de Bizet en Tunisie. Il s'est également engagé en avril dernier dans une opération de logements à Dansk en achetant un terrain qui se trouve juste à côté d'un grand centre commercial. "Nos opérations de logement au niveau résidentiel se déroulent bien parce qu'elles sont caractérisées par la qualité des localisations", a expliqué l'admnistrateur délégué.

À tout cela s'ajoute un important contrat au Tchad. "Sur cette opération, nous travaillons avec une avance de démarrage en cash significative. C'est la meilleur garantie que nous ayons", a répondu Bentegéat à un actionnaire qui s'inquiétait "de la maîtrise du risque politique dans des pays comme ceux d'Afrique". L'administrateur délégué a, par ailleurs, indiqué que CFE ne prospectait pas au Congo mais a confirmé que "CFE regardait les opportunités dans d'autres pays, même s'il y avait finalement fort peu de projets intéressants par année".


PÔLE DRAGAGE

Dans le dragage, activité qui représente 44% du chiffre d'affaires global, la filiale que CFE partage à 50% avec le holding Avh, DEME a gardé "une position excessivement forte, que ce soit en terme de résultats, de solidité financière et d'acquisitions". Et ce, malgré le poids de 283 millions d'euros imputable à l'annulation du contrat du port de Rachid.

Pour 2010, CFE a réitéré sa confiance dans la politique de développement de cette filiale dont l'activité contribue le plus fort aux résultats. "Tous les clignotants sont verts pour l'instant, 100% de notre carnet de commandes est actuellement en activité", a indiqué Bentégeat.

PÔLE MULTITECHNIQUE

Ici encore, CFE estime que les activités se déroulent très bien, nonobstant le premier semestre 2009. "Ce sont des sociétés qui tiennent le coup et qui regardent en dehors des frontières belges", a-t-il commenté, ajoutant qu'il n'était pas exclu de faire une acquisition en 2010. Le groupe prévoit en outre d'accroître sa présence sur le rail.

Enfin, CFE va continuer à rechercher le maximum de synergies entre ses différents pôles. "On pourrait croire qu'on est en présence d'un ensemble assez disparate, mais c'est tout à fait l'inverse car les facteurs de synergie entre les différentes divisions sont notre lot quotidien", a rappelé Bentégeat

OTAN ET PRISONS

Un actionnaire a demandé des précisions sur le développement des projets de l'Otan et des prisons. "Pour l'Otan, à l'ouverture des plis, nous étions seconds. L'appel d'offres n'a pas encore été attribué, nous attendons".

En ce qui concerne les prisons, CFE s'est dit très désagréablement surpris d'apprendre qu'il n'était pas sélectionné "pour des raisons qui nous échappent encore", a conclu Bentégeat.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés