Cumerio grimpe en Bourse… en publiant des prévisions inchangées

Cumerio a encore grimpé en Bourse, ce jeudi, de 2,2% (près de 9% séance ), en clôturant la séance à 23,71 euros, après avoir déjà progressé de 4,69% sur la séance de mercredi.

Bruxelles (L'Echo) Cumerio, la société belge née en 2005 de la scission des activités cuivre d'Umicore, a encore grimpé en Bourse, ce jeudi, de 2,2% (près de 9% en journée), en clôturant la séance à 23,71 euros, après avoir déjà progressé de 4,69% la veille.

L'explication, que cherchent toujours les analystes et les responsables de l'entreprise cotée depuis tout juste deux ans, est probablement multiple. Mais un élément semble sortir du lot.

Ce jeudi matin, le groupe présidé par Karel Vinck et dirigé au quotidien par Luc Delagaye a publié un " trading update ". Et ce document, probablement anticipé favorablement par les investisseurs, confirmait l'objectif de Cumerio d'atteindre un résultat d'exploitation récurrent (Rebit) de 70 à 75 millions d'euros cette année, contre 93,83 millions d'euros en 2006.

" C'est effectivement un maintien de nos prévisions, nous a expliqué Luc Delagaye, entre les deux assemblées générales (ordinaire et extraordinaire) que tenaient dans l'après-midi les actionnaires du n°3 européen du cuivre. Mais les circonstances, elles, se sont bel et bien dégradées. La reprise du prix du cuivre en mars (Ndlr : on dépasse les 7.000 dollars par tonne actuellement) aura un impact sur nos besoins en fonds de roulement et sur notre dette nette. Et le dollar continue à faiblir face à l'euro... "

Pour pallier à ces risques, le spécialiste européen de la fonderie, du raffinage et de la transformation du cuivre, qui vend des cathodes et des semi-produits (fils, profilés, plateaux…), a continué à couvrir son exposition au dollar (80% à un taux moyen d'1,32 euro par dollar, contre 60% précédemment) et son exposition au prix des métaux, cuivre, or et argent étant désormais couverts à 90% pour 2007 et 70% pour 2008.

Cumerio, qui emploie environ 1.450 personnes, a par ailleurs indiqué que son expansion en Bulgarie, à Pirdop précisément, n'accusait aucun retard. Pour rappel, cet investissement doit lui permettre de raffiner sur place 180.000 tonnes de cuivre par an dès le deuxième trimestre de 2008, alors que l'extension de la fonderie, toujours annoncée pour fin mai, lui permettra d'atteindre un rythme de 275.000 tonnes d'anodes par an.

On retiendra encore, du côté des confirmations, que Cumerio versera bel et bien un dividende de 0,7 euro par action pour 2006 (contre 0,6 euro pour 2005). Et que la société envisage de racheter " jusqu'à 5% " de ses actions propres, alors qu'elle en détient déjà 244.000 (2,1%) et qu'elle a encore reçu de ses actionnaires la permission d'en racheter jusqu'au maximum légal de 10%.

Xavier Degraux

(c) L'Echo

(tel direct: +32 2 4231672; fax: 32 2 4231610; mail du service online: cnd@mediafin.be)

Photo Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés