Déferlante de rappels dans l'automobile

Après Toyota la semaine dernière et ce week-end, la vague de rappel de produits continue à frapper le secteur automobile. Honda et le groupe français PSA ont également annoncé des rappels "préventifs".

Bruxelles (L'Echo) - Le partage de technologie et de plate-forme dans le secteur automobile a des effets dommageables. Après Toyota qui a annoncé le rappel  millions de voitures dans le monde entier la semaine dernière et ce week-end encore, c'est PSA (Peugeot Citroën) qui est frappé par la même maladie.

Le constructeur français annoncé lundi "un rappel préventif" de 97.000 voitures en Europe, des Peugeot 107 et des Citroën C1, qui ont été produites dans une usine commune avec Toyota, après le rappel par le constructeur japonais de millions de véhicules pour un défaut de pédale d'accélérateur.

Ce rappel concerne les "modèles du groupe issus d'une coopération" avec le constructeur japonais et "fabriqués dans une usine commune" en République Tchèque, précise PSA dans un communiqué.

Samedi, un porte-parole du groupe français avait indiqué à l'AFP que le groupe mènerait "à titre préventif une campagne de rappel" sur les véhicules "qui pourraient avoir le même défaut de pédale" que ceux de Toyota. De même source on avait avancé un chiffre de véhicules concernés "autour de 100.000". 

L'autre constructeur japonais Honda est également touché par la crise des rappels mais pour des raisons différentes. Le deuxième constructeur automobile japonais Honda a annoncé vendredi le rappel de 646.000 voitures dans le monde, en raison d'un défaut technique affectant le système d'ouverture des vitres.

Mais c'est sans conteste Toyota, le premier constructeur automobile mondial,  qui subit le plus fort la crise actuelle. Les rappels se comptent en millions d'unités dans le monde entier, en raison d'un défaut de fabrication de la pédale d'accélérateur. Le groupe a interrompu aux Etats-Unis la production et la vente de huit de ses modèles les plus populaires, en attendant de mettre la dernière main à un remède contre ce défaut technique, à cause duquel les pédales d'accélérateur peuvent rester bloquées en position enfoncée.

Toyota a annoncé vendredi le rappel en Europe de 1,8 million de véhicules des modèles AYGO, iQ, Yaris, Auris, Corolla, Verso, Avensis et RAV4. Ils s'ajoutent aux 2,3 millions de voitures rappelées aux Etats-Unis, aux 270.000 au Canada et aux 75.000 en Chine. Le nombre de véhicules rappelés dépasse désormais celui de tous les véhicules vendus par Toyota en un an dans le monde.

Le constructeur a été obligé aujourd'hui de sortir la grosse artillerie de communication pour tenter de redorer son blason et sa notoriété. La filiale américaine de Toyota doit publier ce matin un communiqué présentant le remède proposé. Jim Lentz, numéro un de Toyota aux Etats-Unis, devait ensuite s'adresser aux consommateurs dans un message vidéo, et tenir une conférence de presse téléphonique avec les journalistes américains. Ce week-end déjà, le groupe s'est fendu d'encarts publicitaires dans les plus grands journaux américains pour expliquer sa décision d'arrêter la production américaine.

Cette affaire tourne au cauchemar pour Toyota, accusé d'avoir sacrifié sa légendaire qualité sur l'autel de la croissance pour se hisser en première place du classement mondial des constructeurs. Le grand patron, de la firme, Akio Toyoda, petit-fils du fondateur du groupe, resté discret depuis le début de la crise s'est astreint à présenter de (brève)s excuses à une équipe de la télévision japonaise NHK qui le suivait au forum de Davos, en Suisse.

A la Bourse de Tokyo, l'action Toyota a fortement baissé lundi pour la septième séance consécutive, perdant 1,14% à 3.450 yens à la clôture. Le titre a lâché près de 18% depuis le 21 janvier. Cela a entraîné les autres à la suite.  Honda a perdu 2,47%, Mazda 3,67%, Nissan 2,04%.

Toyota ce n'est plus "OK!"

l.fabri@lecho.be

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés