Des actionnaires de Daimler dénoncent son alliance avec Renault-Nissan

Dieter Zetsche, président de Daimler

Lors de l'asemblée générale des actionnaires, le constructeur allemand a annoncé viser en 2010 une croissance de ses ventes deux fois plus rapide que celle du marché automobile mondial.

(AFP) - Lors de l'assemblée générale de Daimler, plusieurs actionnaires du constructeur automobile allemand ont critiqué mercredi l'alliance annoncée la semaine dernière avec le groupe Renault-Nissan dans les petites voitures. "L'échec sert de fil rouge à l'histoire des coopérations de Daimler", a estimé Ingo Speich, venu représenter à l'assemblée générale des actionnaires à Berlin le fonds d'investissement Union Investment, et mettant en doute la capacité de Daimler à retirer un véritable profit de cette nouvelle alliance. Le bilan de Daimler en matière d'acquisitions et de partenariats n'est, de fait, pas brillant. Son échec le plus retentissant a été le rachat, puis la revente du constructeur américain Chrysler, gros foyer de pertes.

Plusieurs actionnaires du groupe allemand ont en outre jugé que l'alliance avec Renault allait ternir l'image de la société et de ses berlines Mercedes.
"Nous allons le payer très cher si nous nous unissons à une marque qui est beaucoup moins bien placée que nous dans l'échelle de popularité", a estimé l'actionnaire Ulrich Wecker sur le podium, sous les applaudissements nourris

Ces polémoiques mises à part, Daimler, a annoncé viser, après une mauvaise année 2009, une croissance de ses ventes cette année deux fois plus rapide que celle du marché automobile mondial, soit 6% à 8%, a indiqué mercredi son patron Dieter Zetsche.

"Notre objectif mondial de ventes est certes ambitieux mais réaliste: nous voulons croître environ deux fois plus vite que le marché global de l'automobile" en volume, a déclaré M. Zetsche devant quelque 5.000 actionnaires du groupe réunis en assemblée générale à Berlin. La société se base sur l'hypothèse d'une croissance mondiale du marché de 3% à 4%, ce qui porterait la hausse de ses ventes à 6% à 8%.

Daimler, a en outre confirmé ses objectifs financiers pour l'exercice en cours, à savoir un bénéfice d'exploitation Ebit supérieur à 2,3 milliards d'euros, avec un Ebit positif de toutes ses divisions. Daimler fabrique les berlines Mercedes et les petites citadines Smart.

Le chiffre d'affaires du groupe va croître mais rester "nettement en-deçà" du niveau atteint en 2008, avant la crise financière et économique qui a laminé le marché automobile, et surtout celui des gros modèles.

Daimler ne verse pas de dividende au titre de l'exercice 2009, qui s'est soldé par une perte nette de 2,6 milliards d'euros. Cette mesure est "nécessaire et dans l'intérêt des actionnaires à long terme", s'est justifié M. Zetsche devant ceux-ci, et il a promis un dividende pour 2010, avec un objectif de taux de distribution de 40%.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés