Des fournisseurs paralysent Ford Genk

120 ouvriers de SML, un des fournisseurs de Ford Genk, entendent poursuivre leur mouvement de grève.

(belga) Plus de la moitié des ouvriers de l'équipe du matin de la société SML, un des fournisseurs de Ford Genk, ont refusé de participer au vote du projet d'accord que la direction et les syndicats avaient élaboré dans le courant de la nuit dernière avec l'aide d'un médiateur social.

Actuellement, les syndicats et la direction de SML sont à nouveau réunis tandis que les ouvriers de SML mais aussi des trois autres fournisseurs de l'usine Ford Genk se trouvent devant les portes de leur entreprise.

Le délégué Luc Prenen (CSC-Métal) a précisé qu'il y avait entre-temps également des contacts avec la direction de Ford Genk et que celle-ci exigeait une solution rapide. La production à l'usine automobile est en effet interrompue depuis lundi en soirée. Le porte-parole de Ford Genk, Jo Declercq, parle d'un "chaos" et espère qu'une solution interviendra aussi rapidement que possible car l'avance sur la production que l'usine avait jusqu'ici pourrait être perdue, à cause de la grève, voire se transformer en retard, estime-t-il.

Dans le projet d'accord, la direction proposait de rembourser les pauses impayées. L'augmentation salariale s'élevait à 60 centimes pour ces pauses, mais a été jugée insuffisante par les ouvriers. Ceux-ci veulent une augmentation d'un euro pour les pauses non payées, mais la direction s'y oppose.

Parmi les syndicats, il se dit que la direction de Ford Genk engagera à nouveau mardi un médiateur social. Mais selon les syndicats, celui-ci ne pourrait arriver à Genk au plus tôt que mercredi. Le porte-parole de Ford Genk n'a pas pu confirmer l'intervention d'un médiateur.

Comme la production du constructeur automobile Ford à Genk est à l'arrêt depuis lundi soir, la direction de l'usine a donné mardi le choix aux ouvriers de l'équipe du matin de reprendre un demi jour de congé ou leurs heures supplémentaires. La direction devra également décider mardi si elle instaurera le chômage technique à partir de mercredi. Ford Genk fera la même proposition aux ouvriers de l'équipe de l'après-midi.

La plupart des travailleurs de l'usine sont actuellement à leur domicile, selon le délégué syndical Ludo Copermans, de la CSC-Métal. La probabilité que la production reprenne mardi à Ford Genk diminue de minute en minute.

Le travail ne pourra reprendre que lorsque les quatre fournisseurs de l'usine, dont le personnel est en grève depuis lundi soir, auront repris leurs activités

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect