Publicité
Publicité

Discovery s'arrime à la Station spatiale internationale

La navette Discovery lors de son décollage à Cap Canaveral le 5 avril.

La navette américaine, qui doit livrer à l'ISS le module italien Leonardo, effectue l'une des dernières missions de la flotte américaine. Une fois les trois orbiteurs américains mis hors service, seules les capsules russes Soyouz seront encore capables de transporter des équipages vers l'ISS

(Reuters) - Discovery s'est arrimée ce mercredi à la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre de l'une des dernières missions de la flotte de navettes américaines. Les astronautes, parmi lesquels la Japonaise Naoko Yamazaki qui effectue son premier vol spatial, ont dû se fier aux appareils de navigation du fait d'une panne du système de communication principal qui a rendu les radars inutilisables.

Leur première tâche consistera à inspecter le bouclier thermique de la navette, conformément aux procédures de sécurité en vigueur depuis l'accident de Columbia, en 2003. La panne du système de communication ne devrait pas affecter la mission, selon LeRoy Cain, chef de l'équipe chargée de superviser la mission.

Discovery doit livrer à l'ISS un module italien baptisé Leonardo garni de 17 tonnes d'équipement et de fournitures, dont des armoires d'expériences scientifiques, quatre couchettes, un système de refroidissement et un congélateur pour conserver les échantillons.

Encore trois vols de navettes US

Trois autres vols de navettes sont programmés avant le retrait, fin 2010, des trois orbiteurs Discovery, Endeavour et Atlantis. L'agence spatiale américaine confiera ensuite les missions de ravitaillement de l'ISS à deux sociétés privées - Space Exploration Technologies, une entreprise californienne, et Orbital Sciences Corp, une société de Virginie. D'autres partenaires du projet - la Russie, l'Europe et le Japon - disposent d'engins capables d'assurer le ravitaillement de l'ISS.

En revanche, après la mise hors service des navettes pour des raisons de coût et de sécurité, les capsules russes Soyouz seront les seuls véhicules capables de transporter des équipages vers l'ISS. Il en coûtera aux Etats-Unis 51 millions de dollars par siège.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés