EADS et Airbus veulent des efforts des Etats sur l'A400M

EADS devrait voir son chiffre d'affaires légèrement reculer en 2009. La visibilité pour 2010 reste mauvaise et les commandes devraient être encore inférieures aux livraisons cette année. Il faut en outre sauver le projet de transporteur militaire A400M.

(Reuters) - EADS devrait voir son chiffre d'affaires reculer légèrement au titre de 2009 mais Airbus a affiché des performances record en dépit d'une année jugée particulièrement chaotique pour le transport aérien.

La principale division du groupe européen d'aéronautique et de défense a toutefois estimé que la visibilité pour 2010 restait mauvaise. Les commandes devraient donc être encore inférieures aux livraisons cette année.

La production du gros porteur A380 demeure par ailleurs préoccupante. Avec seulement 10 unités livrées l'an dernier, au lieu des 18 initialement prévues, et des coûts de fabrication trop élevés, Airbus continuer d'effriter ses marges. Le président d'Airbus Tom Enders a assuré qu'un programme visant à améliorer l'efficacité serait lancé à l'issue d'un audit, même si le programme devrait continuer de peser sur la rentabilité pendant plusieurs années.

"Je ne suis pas du tout satisfait des coûts de l'A380, la situation doit s'améliorer significativement", a déclaré Tom Enders à la presse, en marge d'une présentation annuelle organisée à Séville, avant d'ajouter qu'Airbus visait en 2010 la livraison d'au moins 20 appareils A380.

SAUVER L'A400M

Le programme d'avion de transport militaire A400M, désormais également sous la responsabilité d'Airbus, constitue l'autre grand motif d'inquiétude. Tom Enders a répété que le constructeur et sa maison mère attendaient une "contribution significative" des pays clients pour pallier des dépassements de coûts dans le projet estimés à quelque 11 milliards d'euros.

L'A400M a effectué son premier vol en décembre, avec plus de deux ans de retard, mais un accord sur son financement est attendu d'ici à la fin du mois de janvier.

Les spécialistes estiment néanmoins qu'un compromis est dans l'intérêt de toutes les parties. EADS doit mener le projet à bien s'il veut espérer pouvoir exporter l'appareil tandis que les Etats clients ont à coeur de préserver l'emploi des usines européennes.

Dans un communiqué, Airbus a souligné que le programme d'économies "Power 8" - qui fixe 2,1 milliards d'euros d'économies annuelles en 2010 - avait dépassé les objectifs internes l'an passé avec environ deux milliards d'euros d'économies brutes.
Au titre de 2009, EADS estime que son chiffre d'affaires devrait marquer une diminution de l'ordre de 4% à environ 41,7 milliards d'euros.

L'entreprise anticipait des ventes "stables" sur la base d'un euro à 1,39 dollar après avoir enregistré un chiffre d'affaires de 43,3 milliards d'euros en 2008.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés