EADS veut abandonner l'idée d'une "golden share" à Paris et Berlin

Le président du conseil d'administration de EADS, Rüdiger Grube, se prononce pour interdire l'entrée d'un investisseur étranger à plus de 15% dans le groupe européen d'aéronautique et de défense, plutôt que d'accorder une "golden share" à la France et l'Allemagne.M. Grube préside depuis l'automne dernier un groupe de travail chez EADS planchant sur l'octroi d'une éventuelle "golden share" -une action préférentielle dotée d'un droit de veto, attribuée aux Etats français et allemands au sein du géant européen- qui devait présenter ses résultats lors de l'assemblée générale ordinaire du groupe en mai.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés