Fiat pourrait supprimer 5.000 emplois en Italie

Selon La Repubblica, le constructeur automobile italien compte supprimer 5000 emplois en Italie et y réduire le nombre de modèles assemblés tout en augmentant sa production dans la Péninsule. Le groupe dément.

(AFP) - Le groupe automobile italien Fiat pourrait supprimer 5.000 emplois en Italie, réduire le nombre de modèles produits dans le pays mais y augmenter sa production, dans le cadre de son nouveau plan industriel 2010-2014, affirme ce mercredi La Repubblica. Le groupe serait par ailleurs proche d'une décision sur la séparation ("spin-off") de sa branche automobile du reste du groupe afin de l'introduire en Bourse, ajoute le quotidien.

Le constructeur a démenti ces informations et assuré que les informations sur une éventuelle séparation de sa branche automobile du reste du groupe afin de l'introduire en Bourse n'étaient que "le fruit de conjectures".

"Le groupe est engagé dans la préparation du plan stratégique pour la période 2010-2014" qui doit être présenté le 21 avril, "et toute anticipation journalistique est absolument prématurée et privée de tout fondement", a assuré Fiat.

Selon La Repubblica, le plan industriel 2010-2014 que Fiat doit dévoiler le 21 avril prévoit la suppression d'environ 5.000 emplois au total. Ces 5.000 suppressions d'emplois incluraient notamment 2.000 à 2.500 suppressions d'emplois à l'usine de Mirafiori de Turin (nord), ainsi que 1.500 suppressions déjà prévues à Termini Imerese en Sicile, usine dont le groupe a annoncé la fermeture fin 2011.

Sur 30.000 ouvriers travaillant pour la branche automobile du groupe en Italie, cela représenterait donc une réduction de 15% de la main d'oeuvre industrielle de cette division en Italie. Au total, Fiat, qui produit aussi des camions, des bus, des engins agricoles et de construction, emploie environ 80.000 personnes dans le pays.

Fiat réduirait par ailleurs le nombre de modèles produits en Italie à 8 contre 12 auparavant, ajoute La Repubblica. Mais comme le directeur général du groupe Sergio Marchionne l'avait déjà indiqué, la production augmenterait en revanche à 900.000 véhicules par an dans la Péninsule contre plus de 600.000 actuellement, grâce au rapatriement de la production de la Panda de Pologne à Pomigliano, près de Naples (sud).

Toujours selon La Repubblica, Fiat, qui dispose du contrôle opérationnel du constructeur américain Chrysler, assemblerait au total sept modèles Fiat, Alfa Romeo et Lancia aux Etats-Unis. La production annuelle de l'autre côté de l'Atlantique s'élèverait à 350.000 véhicules.

La séparation de la branche automobile du reste du groupe avait été envisagée par Fiat dans le cadre d'une fusion avec l'allemand Opel mais l'échec de cette opération a entraîné un gel du projet. Le directeur général du groupe, Sergio Marchionne, avait toutefois assuré l'été dernier qu'une opération de ce genre était "inévitable" à terme. Et a promis récemment que cette question serait abordée lors de la présentation du plan industriel le 21 avril.

Alors que les syndicats craignent un désengagement d'Italie du groupe, Fiat rappelle par ailleurs qu'il investira dans le pays au cours des années 2010-2011, les deux tiers des 8 milliards d'investissements prévus pour le monde entier. Comme Sergio Marchionne l'avait déjà indiqué, la production devrait augmenter en Italie à 900.000 véhicules par an contre plus de 600.000 actuellement, grâce au rapatriement de la production de la Panda de Pologne à Pomigliano.

Le plan industriel de Fiat fera la lumière sur les synergies qui seront mises en oeuvre entre Fiat et Chrysler, notamment en terme de développement de modèles sur des plateformes communes. Chrysler est sorti du dépôt de bilan en juin et est pour l'heure détenu à 20% par Fiat, qui a la possibilité de monter à 35% puis éventuellement d'en prendre le contrôle à terme.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés