Publicité

General Motors fera tout pour éviter la faillite

©AFP

General Motors va prendre "toutes les mesures possible" pour éviter la faillite, a promis vendredi son PDG Rick Wagoner, après avoir averti que le constructeur automobile risquait d'avoir trop peu d'argent pour fonctionner dès le début 2009.

Bruxelles (afp) - Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé vendredi qu'il risquait de se retrouver dès le début 2009 avec un niveau de liquidités ne lui permettant plus de poursuivre normalement ses opérations.

"Les liquidités estimées pour le reste de 2008 approcheront le minimum requis pour faire fonctionner l'entreprise. Pour les deux premiers trimestres de 2009, même avec les mesures prévues, les liquidités tomberont largement au-dessous de ce niveau", sauf redressement fort du marché ou aide extérieure, a expliqué le constructeur dans un communiqué.

Ce sombre diagnostic a été fourni lors de la publication de pertes bien pires que prévu pour le troisième trimestre.

La perte nette du numéro un américain s'élève à 2,5 milliards de dollars pour les trois mois achevés fin septembre. Mais en excluant l'impact favorable d'un accord avec le syndicat UAW, la perte du constructeur s'élève à 4,2 milliards de dollars, alors qu'il y a un an elle était limitée à 1,6 milliard.

La perte courante par action a atteint 7,35 dollars, alors que les analystes prévoyaient que le désastre serait limité à 3,70 dollars par action.

En outre, le chiffre d'affaires a reflué de 13%, à 37,9 milliards de dollars, un peu moins que prévu par le marché qui attendait 39,41 milliards.
Ces résultats ont été publiés après une brève suspension de la cotation du titre, qui a repris en baisse de 15% à 4,08 dollars.

Chrysler

General Motors a également annoncé qu'il cessait au moins "pour le court terme" d'envisager de racheter son petit concurrent Chrysler, en raison du tarissement de sa trésorerie.

"GM a récemment étudié la possibilité d'une acquisition stratégique qui aurait, croit-il, permis des synergies importantes en matière de coûts et aurait renforcé substantiellement sa position financière", a indiqué le groupe dans un communiqué, sans jamais citer nommément Chrysler.


Ni GM, ni Chrysler n'avaient à ce jour confirmé la tenue de discussions, largement ébruitées par la presse américaine.


"Même si l'acquisition pouvait potentiellement présenter des avantages significatifs, (GM) a conclu qu'il était plus important à l'heure actuelle de se concentrer sur les défis immédiats en matière de trésorerie".

En conséquence, GM a écarté "les réflexions ayant mené à faire une priorité à court terme d'une telle transaction", a précisé le groupe.
GM venait d'annoncer qu'il risquait d'être à court des liquidités nécessaires pour son fonctionnement dès le début 2009.
Selon des informations de presse, son projet de racheter Chrysler au fonds Cerberus se serait heurté au refus du Trésor de lui prêter les 10 milliards de dollars nécessaires pour réaliser l'opération.
 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés