GM Anvers en concurrence pour la Chevrolet avec la Roumanie --Presse

Cette possible concurrence entre différents sièges de GM est liée à l'intérêt que porte le groupe, tout comme son rival Ford, pour la reprise de l'ancienne usine de Daewoo à Craiova en Roumanie. Le patron de GM Europe, Carl-Peter Forster, envisage depuis un certain temps de fabriquer des Chevrolet en Europe, et surtout en Europe de l'est, en raison du succès rencontré par la marque.

(belga) Après avoir été écartée pour la production de l'Opel Astra de nouvelle génération, l'usine General Motors d'Anvers va devoir affronter la concurrence d'une possible future usine de GM en Roumanie, écrit dimanche l'hebdomadaire allemand 'Automobilwoche', citant un haut responsable du groupe.

Selon le président du Conseil d'entreprise de GM en Europe, Klaus Franz, le groupe souhaite toutefois réduire "l'élan vers l'Europe de l'est". Cette possible concurrence entre différents sièges de GM est liée à l'intérêt que porte le groupe, tout comme son rival Ford, pour la reprise de l'ancienne usine de Daewoo à Craiova (sud de la Roumanie). "Si le volume de production d'Anvers est fixé pour l'après-2010, il n'est, selon nous, pas intéressant d'acheter une usine en Roumanie", a affirmé Klaus Franz à l'hebdomadaire allemand.

Le patron de GM Europe, Carl-Peter Forster, envisage depuis un certain temps de fabriquer des Chevrolet en Europe, et surtout en Europe de l'est, en raison du succès rencontré par la marque. Il a évoqué la possibilité d'en confier l'assemblage à l'usine d'Anvers - aux côtés de la Corée du sud.

Selon Klaus Franz, la productivité de l'usine anversoise plaide en sa faveur. "Anvers fait partie des implantations les plus rentables du groupe", a-t-il ajouté, soulignant que le choix d'une autre usine pour la nouvelle Astra était "politiquement motivé".

Un responsable de GM a, à ce propos, parlé d'une "répartition équitable des tâches". Selon lui, les usines d'Ellesmere Port (Grande-Bretagne) et de Bochum (ouest de l'Allemagne) ont déjà fourni leur contribution aux efforts de réduction des coûts, notamment en terme de pertes d'emplois. "C'était maintenant au tour d'Anvers", a-t-il expliqué.

Klaus Franz estime que GM a "clairement fait savoir qu'il n'existait aucun plan pour fermer Anvers". Le groupe étudie désormais quels modèles seront assemblés dans l'usine belge et avec quels volumes. Selon Franz, ce volume sera "le plus élevé possible et dans tous les cas il s'agira d'un nombre à six chiffres". Anvers produit actuellement 235.000 voitures par an.

Le président du Conseil d'entreprise de GM souhaite enfin réduire "l'élan vers l'Europe de l'est" car Anvers est capable de construire des voitures "avec une forte productivité et à des coûts avantageux". Selon lui, une économie de 500 euros par véhicule réalisée sur les frais logistiques représente un argument pour la production de la Chevrolet en Europe.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect