Grogne dans le secteur automobile belge : rétroactes

La suppression de 1.400 emplois sur le site d'Opel à Anvers n'est pas la première mauvaise nouvelle du secteur automobile en Belgique.

(belga) Une mauvaise nouvelle supplémentaire pour l'industrie automobile belge qui a déjà connu plusieurs plusieurs restructurations ces dernières années.

Rétroactes: Renault Vilvorde Le 27 février 1997. La décision tombe : siège belge de Renault Vilvorde fermera en juillet 1997.

Cette décision, présentée comme irréversible, est motivée par une dégradation continue de la rentabilité du groupe et par la nécessité de redistribuer la production sur des sites restants, ce qui entraînera la suppression de 3.100 postes salariés sur le site de Vilvorde. Volkswagen Mercredi 22 novembre 2006. Le site de VW Forest ne produira plus de Golf. L'usine fonctionnera désormais avec 1.500 travailleurs au lieu des 5.700. La restructuration serait un premier pas vers une fermeture du site. La restructuration de VW signifie la disparition de près du quart (21%) de la production automobile nationale et illustre la fragilité de son tissu industriel. Depuis 1990, la construction automobile belge a perdu près de la moitié de ses effectifs.

Lundi 12 mars 2007. Les représentants syndicaux et la direction de l'usine de Volkswagen Forest se réunissent au siège central du constructeur d'Audi à Ingolstadt (Allemagne). VW Forest devient officiellement la quatrième usine de la marque Audi. L'assemblage de Audi A1 se fera à Forest. La conservation de 2.200 emplois est garantie. Opel 1998. General Motors a restructuré son usine d'Anvers et y a investi 500 millions d'euros en 2002. Elle est désormais la seule usine du monde à produire toutes les versions de l'Opel Astra. Enfin, depuis 2002, Volvo Cars a renforcé ses effectifs belges. Mardi 17 avril 2007. Le site d'Anvers n'a pas été retenu pour produire la nouvelle génération du modèle attendue pour le début 2010. Le groupe automobile américain General Motors menace de supprimer 1.400 emplois.

General Motors Belgium employait 5.100 personnes en 2006. Ford Genk Fin 2003. Un plan social, mis en oeuvre dans le cadre d'une restructuration générale de Ford Europe, conduit à la suppression de quelque 3 000 postes. La société annonce parallèlement un programme d'investissement d'environ 700 millions d'euros, destiné à mettre en place un nouveau système de production permettant de fabriquer trois nouveaux modèles. L'usine emploie actuellement plus de 6.000 personnes et produit près de 200.000 véhicules par an.

L'avenir de l'automobile belge n'est cependant pas tout à fait noir. L'année dernière, 942 000 voitures sont sorties des lignes de production du pays, essentiellement destinées à l'exportation. Volvo, General Motors (Opel) et Ford produisent chacun plus de 230 000 véhicules dans le royaume.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés