Publicité

L'AMF "étudie les termes" du communiqué d'Artémis

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a fait savoir qu'elle étudiait "les termes du communiqué" publié par Artémis, la holding de la famille de l'homme d'affaires François Pinault, selon laquelle "aucune décision concernant l'éventualité" d'une OPA sur Suez "n'a été prise". "Nous étudions les termes du communiqué de presse d'Artémis à la lumière de notre réglementation", a déclaré une porte-parole de l'AMF à l'AFP, sans donner plus de précisions. Dans un communiqué, Artémis a indiqué que, "en réponse à la demande de l'AMF", elle "confirm(ait) qu'à ce jour aucune décision concernant l'éventualité d'une offre portant sur les actions de Suez n'a été prise et que toutes les options restent ouvertes".

(afp) Selon le règlement de l'AMF, le gendarme de la Bourse a le pouvoir d'exiger des sociétés ou des personnes "dont il y a des motifs raisonnables de penser qu'elles préparent une offre" sur une entreprise, par exemple en cas de rumeurs de marché, qu'elles lui déclarent leurs intentions.

Sur le modèle de la procédure surnommée "put up or shut up" (déclare-toi ou tais-toi), en vigueur notamment en Grande-Bretagne, une entreprise qui dément préparer une offre sur une société ou qui est "réputée ne pas avoir une telle intention" n'a pas le droit ensuite de lancer une OPA pendant un délai de six mois.

En revanche, lorsqu'une société déclare "avoir l'intention de déposer un projet d'offre", l'AMF fixe la date à laquelle elle doit "publier un communiqué portant sur les caractéristiques du projet d'offre ou, selon le cas, déposer un projet d'offre".

L'AMF "peut demander tout renseignement qu'elle juge nécessaire", précise le règlement, qui ne mentionne cependant pas le cas où une société déclare n'avoir pris "aucune décision".

Le site internet du mensuel économique Capital avait affirmé vendredi que François Pinault était sur le point de lancer une OPA hostile de 70 milliards d'euros sur Suez.

Suez avait annoncé dans la foulée avoir "officiellement demandé" à l'AMF "d'obtenir du groupe Pinault qu'il déclare ses intentions".

Artemis, holding de la famille Pinault, est l'actionnaire principal du groupe PPR et détient également des participations partielles ou totales dans des sociétés telles que Christie's ou l'hebdomadaire Le Point. François Pinault est président d'honneur d'Artémis, et son fils François-Henri Pinault en est le président depuis 2003.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés