Le gouvernement flamand se dit choqué par l'annonce faite par GM

(belga) Le gouvernement flamand s'est dit mardi "choqué" par l'annonce de la perte d'un nombre "considérable" d'emplois chez GM à Anvers, "malgré les efforts que le site anversois et les autorités ont fournis"."C'est un coup dur pour les travailleurs, leurs familles et les fournisseurs", indique le gouvernement flamand. Le ministre-président Yves Leterme, en déplacement à la Foire de Hanobre en Basse-Saxe (nord de l'Allemagne), s'est entretenu par téléphone avec le patron de GM Europe, Carl-Peter Forster. Ce dernier lui a confirmé qu'à court terme 1.400 postes de travail allaient disparaître.

GM assure toutefois qu'une part importante de ces suppressions de postes se feront sur base de départs volontaires. GM examinerait également l'éventualité d'une production de rechange sur son site anversois, évoquant un modèle Chevrolet dont 350.000 exemplaires ont déjà été vendus en Europe. "De nombreux efforts ont été fournis en termes d'efficacité chez GM Anvers, et le gouvernement en a fourni lui aussi dans le domaine de la formation", souligne Yves Leterme. Le gouvernement flamand attend rapidement GM à sa table pour évaluer les pistes d'avenir.

Entre-temps, il insiste sur la nécessité de lancer au plus tôt une concertation sociale constructive. Yves Leterme refuse de céder au pessimisme et affirme qu'il existe toujours des chances de maintenir l'assemblage automobile en Flandre, ce que démontrent les exemples de Ford Genk et Volvo, selon lui. Le gouvernement régional estime en outre que la table ronde ouverte dans le secteur automobile doit être prolongée et que les mesures qui y ont été décidées soient mises en oeuvre au plus vite.

Publicité
Publicité

Echo Connect