Publicité

Le plan automobile français inquiète l'Europe

Nicolas Sarkozy a dévoilé lundi des aides supplémentaires à l'automobile d'un montant global de 7,8 milliards d'euros, dont des prêts de 3 milliards chacun aux constructeurs PSA Peugeot Citroën et Renault. La commissaire Neelie Kroes, avait mis en garde la semaine dernière le secrétaire d'Etat français à l'Industrie Luc Chatel contre toute tentation protectionniste dans le cadre de ce plan.

(afp) - La Commission européenne a indiqué mardi avoir "certaines préoccupations" quant au respect du droit communautaire par le plan français de soutien au secteur automobile annoncé lundi.

"Au vu de ce que nous avons vu dans la presse" sur ce plan, "nous avons certaines préoccupations", a indiqué un porte-parole de la Commission, Jonathan Todd, lors d'un point de presse.

Le président français Nicolas Sarkozy a dévoilé lundi des aides supplémentaires à l'automobile d'un montant global de 7,8 milliards d'euros, dont des prêts de 3 milliards chacun aux constructeurs PSA Peugeot Citroën et Renault, à condition qu'ils maintiennent leurs usines en France.

Un point qui est très critiqué par des pays comme la République tchèque et la Slovaquie.

Le porte-parole a rappelé que la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, avait mis en garde la semaine dernière le secrétaire d'Etat français à l'Industrie Luc Chatel contre toute tentation protectionniste dans le cadre de ce plan.

La commissaire avait notamment indiqué que "toute obligation pour le bénéficiaire d'aide d'investir seulement en France ou d'acheter leurs pièces détachées auprès de fournisseurs en France ne serait pas compatible" avec les règles européennes.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés