Les mesures environnementales prises lors du contrôle budgétaire

En matière d'environnement le gouvernement a finalement abandonné pour 2007 la taxe emballage qu'il avait envisagée à savoir celle qui devait être calculée en fonction du poids et de la composition de l'emballage. Une telle taxe semble très difficile à mettre en oeuvre et requérait l'approbation de la Commission européenne.

(belga) "On a réorienté la mesure vers une taxe sur les emballages comme les sacs en plastique, les films fraîcheurs, le papier aluminium et les ustensiles de table jetables", a dit le ministre des Finances, Didier Reynders.Avec son collègue de l'Environnement, Bruno Tobback, il a précisé que la taxe sur les sacs en plastique non réutilisables sera de 3 euros par kilo, celle sur les films fraîcheurs de 2,7 euros par kilo, celle sur le papier aluminium de 4,5 euros par kilo et celles sur les ustensiles de table jetables de 3,6 euros par kilo. La mesure doit rapporter 67 millions d'euros.

Par ailleurs pour les voitures de société, le gouvernement a finalement opté pour une modulation de la déduction fiscale à l'achat d'une nouvelle voiture.

Actuellement, l'amortissement est de 75 %. A l'avenir, il variera de 60 à 90 % en fonction de l'émission de CO2. La mesure entrera en vigueur le 1er avril de cette année et devrait rapporter 64 millions d'euros. La déductibilité des cartes de carburant est maintenue à 100 %.Le gouvernement a aussi décidé de faire en sorte que le bénéfice de l'acquisition d'une voiture peu polluante ou de l'installation d'un filtre à particule soit plus rapide. Actuellement, les acheteurs bénéficient d'une réduction d'impôt qui ne se fait sentir que deux ans après l'investissement. Le bénéfice sera maintenant immédiatement déduit du prix d'achat. Pour l'achat de voitures dont l'émission est de 105 gr, le gain sera de 15 % du prix d'achat.Il va aussi continuer à promouvoir les biocarburants. Le gouvernement veut également promouvoir un meilleur équipement des habitations.

Ainsi, il augmente de 2.600 à 3.380 euros la déductibilité des panneaux solaires et permet une déductibilité de 600 euros par an pendant 10 ans pour les maisons passives.Il va aussi veiller à ce que les pouvoirs publics participent à l'effort par la mise à disposition des toits de bâtiments publics pour des installateurs de panneaux solaires et faire en sorte que les entreprises publiques comme la SNCB recourt à ce type d'énergie. Le gouvernement espère, à terme, 1 km2 de panneaux solaires pour les entreprises publiques.Enfin, il a encore prévu une prime pour les locataires sociaux afin qu'ils convertissent le système de chauffage électrique ou au charbon en chauffrage au gaz.

Photo belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés