Onex et Magna préparent une offre canadienne sur Chrysler (presse)

Les groupes canadiens Onex et Magna préparent une offre commune pour l'ensemble de Chrysler, la filiale américaine en difficulté du groupe automobile germano-américain DaimlerChrysler, affirme mercredi le quotidien canadien The Globe and Mail. Le montant de l'offre demeure inconnu.

(afp) Citant des sources proches du dossier qu'il n'identifie pas, le journal précise que les présidents de Magna et d'Onex, Frank Stronach et Gerald Schwartz, sont en train de mettre au point une offre exclusivement canadienne, dont le montant demeure pour l'instant inconnu.Le quotidien précise que ce partenariat permettrait à Chrysler de tirer profit de l'expertise de Magna dans le fonctionnement d'usines automobiles et de celle d'Onex dans la gestion financière, ce qui serait un atout pour la branche de financement du constructeur automobile.Selon la presse américaine, DaimlerChrysler chercherait à obtenir au moins 8 milliards de dollars américains pour sa filiale dont il envisage de se défaire après huit ans d'un mariage tumultueux.

La seule offre publique connue pour Chrysler est celle faite la semaine dernière par le milliardaire américain Kirk Kerkorian qui, via sa société d'investissements Tracinda, propose 4,5 milliards de dollars en numéraire.Selon la presse allemande, Magna a déjà fait une offre pour Chrysler, tout comme les firmes d'investissements américaines Blackstone et Cerberus.

L'un des plus grands équipementiers automobiles au monde, Magna tire environ 15% de son chiffre d'affaires de ses ventes à Chrysler, pour lequel il fabrique aussi des voitures dans une usine en Autriche.

Société d'investissements diversifiée, Onex est très présente dans l'immobilier en Amérique du Nord, mais aussi dans l'électronique (Celestica), les pièces d'avion (Spirit AeroSystems), les salles de cinéma (Cineplex) et les soins de santé.Onex est aussi connue pour les relations généralement positives qu'elle entretient avec les syndicats, ce qui pourrait constituer un avantage important dans des négociations éventuelles pour réduire les coûts de Chrysler, souligne The Globe and Mail.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect