Opel Astra:plus de 3 milliards euros d'investissements ds le nouveau modèle

Le groupe General Motor Europe (GM) investira 3,1 milliards d'euros dans la production de la nouvelle génération du modèle de milieu de gamme Astra, qui remplacera l'actuel en 2010.

(belga) Les investissements bénéficieront à des usines d'Allemagne, de Pologne, du Royaume-Uni et de Suède. L'usine d'Anvers, qui était également candidate, n'a finalement pas été retenue, et verra donc disparaître 1.400 emplois cette année encore, a indiqué mardi Carl-Peter Forster, le président de GM Europe au Comité économique, réuni à l'hôtel Sheraton de Brussels Airport."GM Europe prévoit une production annuelle de 750.000 voitures en Europe", un chiffre qui doit s'accompagner d'une amélioration de la productivité de 30 pc, a-t-il précisé. Les implantations qui, après des rumeurs en sens divers, se sont finalement vu confier la production de la nouvelle Opel Astra sont celles de Bochum (Allemagne), Ellesmere Port (Royaume-Uni), Trolhättan (Suède) et Gliwice (Pologne).

Le site suédois ne produit pas encore ce modèle. D'après M. Forster, la décision prise mardi est basée sur des facteurs stratégiques. "En matière de qualité, de coûts et d'autres éléments, il n'y avait que très peu de différences entre les usines", prétend Forster. La décision a été prise sur base des atouts dont disposaient les autres uisines par rapport à Anvers, notamment leur position sur les plus gros marchés européens de GM, "qui soutiennent toute la marque", a ajouté le pdg de GM Europe. Le site d'Anvers restera toutefois une usine d'assemblage qui se verra confier la production d'un "volume correct" de produits alternatifs, éventuellement d'autres marques du groupe qu'Opel. "La Chevrolet est certainement une des alternatives possibles", a encore dit M. Forster.

Avant d'en arriver là, l'usine d'Anvers devra perdre l'équivalent d'une pause, soit environ 1.400 postes de travail. Une restructuration due à la baisse de la vente du modèle Astra actuel, qui en est à la deuxième moitié de son cycle de vie. Ce qui signifie que d'ici la fin de l'année, 3.100 des 4.500 emplois actuels seront maintenus sur le site anversois. Les syndicats et la direction doivent à présent négocier les modalités de cette restructuration. Les premiers souhaitent maintenir le système de 3 équipes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n