Opel Astra: "un coup rude" (Agoria)

L'annonce de la non-attribution du nouveau modèle de l'Opel Astra à l'usine anversoise de General Motors représente un coup dur et une mauvaise surprise pour bon nombre d'observateurs, a indiqué mardi Paul Soete, administrateur délégué d'Agoria, la fédération du secteur des industries technologiques.

(belga) La perte de parts de marché subie par le modèle Astra laissait présager une restructuration. Mais qu'Anvers ne figure pas sur la liste des usines appelées à assurer la production du futur modèle de la voiture de milieu de gamme d'Opel constitue une surprise, a souligné M. Soete. "La déception est grande. Syndicats, pouvoirs publics, tout le monde avait travaillé dur" pour qu'Anvers puisse produire la nouvelle Astra, a ajouté le responsable de la fédération sectorielle.

Pour M. Soete, le seul élément positif à retirer de l'annonce de ce mardi est l'absence de projet de démantèlement de l'usine, même si l'avenir du site anversois reste encore baigné d'incertitude. Le patron d'Agoria a également évoqué l'effet de surprise créé par la décision des responsables de General Motors. "Pour la plupart des observateurs, cette annonce concernant l'Astra est une surprise. Mais l'ampleur de la restructuration de Volkswagen Forest était aussi une surprise", a encore dit M. Soete.

Tant la Volkswagen Golf que l'Opel Astra, des voitures du "segment C", autrement dit le marché des voitures moyennes compactes, se trouvent face à un même problème de surcapacité, engendré par une baisse des parts de marché de ces deux modèles: -9% en un an pour l'Astra, -7% pour la Golf. M. Soete a enfin insisté sur les différences de climat social au sein des deux usines. Anvers connaît selon lui un climat positif, tandis que celui qui prévaut à Forest est plutôt agité.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés