Opel confirme l'étude d'une alternative

La direction du constructeur automobile Opel a confirmé être en train d'étudier une proposition alterantive présentée par les salariés de l'usine Opel d'Anvers.

(AFP) - Le constructeur allemand Opel a indiqué mardi examiner une proposition des salariés d'une cession partielle de l'usine belge d'Anvers, promise à la fermeture par son plan de restructuration, qui permettrait la sauvegarde d'une partie des 2.600 emplois.

Dans le cadre du processus d'information mis en place après la décision de fermer l'usine d'Anvers, "les représentants des salariés ont présenté une nouvelle proposition pour l'avenir du site", a déclaré un porte-parole.

Selon cette proposition, un investisseur sera recherché pour reprendre le site, dont la taille sera "nettement réduite", et dans lequel Opel pourra conserver une part minoritaire.

Le site pourrait produire des modèles Opel Astra cabriolet, et également construire des véhicules "pour d'autres constructeurs automobiles".

 

Lors de la présentation du plan de restructuration d'Opel, qui prévoit la suppression de 8.300 emplois sur environ 50.000 en Europe, le patron Nick Reilly avait présenté la fermeture d'Opel comme une décision ferme.

Mais General Motors doit trouver 1,8 milliard d'euros auprès des gouvernement pour financer son plan, et compte également sur 265 millions d'euros de concessions salariales des syndicats pour le mettre en oeuvre.

Ces derniers ont qualifié la fermeture d'Opel de "déclaration de guerre" et ont fait du maintien du site une condition sine qua non à leur participation à la restructuration.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés