Parcours sans faute pour InBev, le marché apprécie

Ceux qui espéraient que la publication du bilan de santé annuel d'InBev serait l'occasion d'en savoir un peu plus sur les rumeurs qui voyaient le géant s'unir à son rival Anheuser-Busch en auront été pour leurs frais. "Si je devais commenter les rumeurs de marché, je vous parlerais tous les jours ", a simplement répondu Felipe Dutra, le directeur financier du brasseur. Avant d'ajouter que si "InBev ne refusait jamais d'examiner une occasion de développement, la croissance organique restait sa priorité pour 2007".

(l'écho) La bonne surprise est donc venue des résultats annuels du brasseur belgo-brésilien, qui globalement sont supérieurs aux attentes du marché. InBev clôture ainsi 2006 sur un Ebitda de 4,2 milliards d'euros (+16,8%), un bénéfice net d'1,5 milliard contre 1,02 milliard un an plus tôt et des volumes en hausse de 5,9%, à 246 millions d'hl. Les pronostics du marché annonçaient respectivement 4,1 milliards et 1,4 milliard pour l'Ebitda et le bénéfice net.

Le cours du brasseur s'en est trouvé tout réconforté grimpant de 3,29%, à 51,76 euros, dans le courant de la matinée.

Selon Felipe Dutra, le contrôle strict des coûts dont Inbev a fait son credo a porté ses fruits.

"Conformément à nos objectifs de long terme, la croissance de la structure des coûts est restée inférieure à l'inflation", a-t-il pointé. On sait en effet que le brasseur mène de front un programme d'optimisation de ses sites de production et une politique budgétaire (le zero based budgeting) qui font leurs preuves: une marge brute qui est passée de 56,4 à 58,8% d'un exercice sur l'autre.

InBev se félicite encore de l'augmentation de ses volumes dans l'ensemble des régions où il est présent. Sauf en Europe de l'Ouest. Les volumes y ont ainsi reculé de 0,5% sur l'ensemble de l'année et de 1,9% rien que sur le dernier trimestre. " Nous avons rationnalisé notre portefeuille et notamment réduit nos produits à marque de distribution. Nous nous concentrons sur des produits à plus forte valeur ajoutée, d'ailleurs les revenus sont en progression dans la région ", a commenté Felipe Dutra. Pas question pour autant d'évoquer de nouvelles et éventuelles fermetures de brasserie dans la région. Bien trop sensible, comme sujet. On parlera plutôt d'amélioration de la productivité et de la rentabilité par usine. Allocation adéquate des ressources, discipline financière et innovation font également partie des priorités pour 2007. Le tout devant conduire à une croissance interne des volumes supérieure à celle du secteur et à un nouvel accroissement des marges.

Précisons encore qu'InBev proposera la distribution d'un dividende de 0,72 euro par action contre 0,48 euro, l'an dernier.

Anne-Sophie BAILLY

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés