PPR lance une OPA amicale de 5,3 milliards d'euros sur Puma

Le groupe français de luxe et de distribution PPR a lancé une OPA "amicale" sur l'équipementier sportif allemand Puma, valorisant ainsi le concurrent de Nike et d'Adidas à 5,3 milliards d'euros, après avoir déjà acquis une participation de contrôle de 27,1%, a-t-il annoncé mardi.

(afp) Le groupe de François-Henri (bien: François-Henri) Pinault, via un accord entre sa filiale Sapardis et la holding Mayfair de la famille d'entrepreneurs allemands Herz, a payé 330 euros par action pour son acquisition initiale, soit un montant total de 1,4 milliard d'euros.Il compte payer un prix identique en numéraire sur le solde du capital de Puma, a-t-il précisé dans un communiqué.L'opération, qui sera financée à 100% par endettement bancaire "aura un impact financier positif pour PPR, à la fois en termes d'accélération de la croissance de son chiffre d'affaires, d'amélioration de sa rentabilité et d'augmentation de son bénéfice net par action", explique PPR.Le prix offert par le groupe français, spécialiste du luxe (Gucci, Yves-Saint-Laurent) et de la distribution (Conforama, Redcats, Fnac) représente une prime de 24% sur le cours moyen pondéré durant le mois précédant le dernier cours non affecté (au 3 avril).

Les membres du directoire de Puma ont "examiné avec attention l'offre de PPR et nous recommandons aux actionnaires de Puma d'apporter leur titres à l'offre", a déclaré Jochen Zeitz, président du directoire de Puma, cité dans le communiqué. Une assemblée générale de Puma devait se tenir mercredi en Allemagne.M. Zeitz ajoute être "intimement convaincu que cette offre amicale est dans le meilleur intérêt de Puma et que le prix offert aux actionnaires de Puma est équitable".

De son côté, le PDG de PPR François-Henri Pinault, cité dans le communiqué, s'est félicité de cet accord "qui représente une nouvelle opportunité de développement pour PPR et une étape importante dans sa stratégie de croissance rentable".PPR (ex-Pinault-Printemps-Redoute) prévoit de clôturer son offre "au début du mois de juillet".Un prospectus décrivant les termes et conditions de l'offre devrait être disponible en mai après approbation par l'autorité allemande de régulation, précise PPR, ajoutant que les actionnaires de Puma "auront la possibilité d'apporter leurs titres pendant une période de cinq semaines".Cette OPA a été saluée par la Bourse de Paris, PPR signant mardi matin la plus forte hausse du CAC 40, gagnant 2,11% à 131,66 euros vers 10H00 (08H00 GMT), dans un marché quasi stable."Nous pensons que Puma pourrait contribuer à rapprocher les compétences de PPR en matière de gestion des marques de produits de grande consommation et de distribution", ont écrit dans une note à leurs clients les analystes de la banque suisse UBS, qui restent à "acheter" sur PPR avec un objectif de cours de 138 euros.Puma, troisième équipementier sportif mondial a réalisé un chiffre d'affaires de 2,37 milliards de chiffre d'affaires en 2006.Selon les calculs d'UBS, l'acquisition de Puma aurait un impact relatif de près de 8% sur le bénéfice net par action estimé pour 2007, même si "les cessions d'actifs risquent de contrebalancer cet effet positif dans une large mesure".A Francfort, le titre Puma a lui bondi de 9,12% à 342,90 euros à l'ouverture de la Bourse.Des rumeurs insistantes couraient depuis plusieurs jours sur le sort de Puma, souvent considéré comme trop petit pour pouvoir survivre seul face aux deux géants de l'équipement sportif, Nike et Adidas.

Certains analystes avaient alors estimé que le groupe allemand, qui s'est doté ces dernières années d'une image high-tech et "tendance", complèterait idéalement le portefeuille de PPR.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect