Publicité

Profits record pour les grands groupes miniers en 2006

Les grands groupes miniers ont engrangé de nouveaux profits record en 2006, tendance qu'ils voient perdurer même s'ils ont dû faire quelques concessions à leur premier client, la Chine, en limitant à 9,5% la hausse du prix du minerai de fer en 2007.

(afp) Le numéro un mondial, l'anglo-australien BHP Billiton, a annoncé mercredi une hausse de 41,3% de son bénéfice net sur le semestre achevé en décembre, à 6,2 milliards de dollars, record qui s'explique par "une demande robuste, des prix élevés et une production solide", selon le groupe.

Dans la foulée, BHP a augmenté de 10 milliards de dollars sur dix-huit mois son programme de rachats d'actions, destiné à rémunérer ses actionnaires, le plus gros montant jamais vu dans le secteur.

Ces résultats semestriels suivent de peu ceux, annuels, annoncés jeudi dernier par le numéro deux mondial, l'australo-britannique Rio Tinto, là encore avec des records à la clé et un bénéfice net de 7,4 milliards de dollars.

Le mois dernier, le géant brésilien Companhia Vale do Rio Doce (CVRD) avait lui aussi montré sa bonne santé en annonçant un investissement de 6,3 milliards de dollars cette année pour augmenter sa production de fer, aluminium et nickel.

Rio Tinto, BHP Billiton et CVRD, qui dominent largement le marché du minerai de fer, matière de base de l'acier, ont dû cependant rabattre un peu leurs exigences pour 2007. Après avoir imposé à leurs clients des hausses de prix de 71,5% en 2005 et de 19% en 2006, ils devront se contenter de 9,5% cette année.

Fait symbolique, le premier groupe sidérurgique à avoir scellé cette année un accord avec les producteurs, donnant ainsi le "la" à toute la profession, a été le chinois Baosteel, alors que ce privilège revenait généralement aux japonais, aux sud-coréens ou aux européens.

Désormais, la Chine est de loin le premier producteur d'acier brut avec 418,8 millions de tonnes en 2006, soit un tiers de la production mondiale. Le poids du pays dans les négociations ne semble pas inquiéter beaucoup les producteurs néanmoins.

Le président de Rio Tinto, Paul Skinner, avait reconnu la semaine dernière que "pour 2007, un certain nombre d'incertitudes demeurent pour l'économie mondiale", s'attendant à "une croissance modérée même si la confiance est toujours de mise au Japon et en Europe".

Cependant, soulignait-il, "la croissance chinoise, cruciale pour la demande de nombre de nos produits, reste forte et équilibrée".

Mercredi, BHP a pour sa part fait état de perspectives économiques mondiales "encourageantes". "La Chine va continuer à être le principal acteur de la demande, mais des marchés plus mûrs peuvent aussi être de la partie, notamment l'Europe et le Japon", a estimé le groupe. Il a noté que "malgré l'expansion de la production domestique", les importations de matières premières "continueraient à jouer un rôle crucial en Chine".

La banque d'affaires Goldman Sachs, qui recommande à ses clients d'acheter des actions BHP, a estimé mercredi dans une note que le supplément de rachat d'actions témoignait de la confiance du groupe dans la santé du secteur.

Selon elle, des stocks assez peu abondants seront favorables aux titres miniers en Bourse, les prix des matières premières risquant de grimper de nouveau au moindre signe d'insuffisance de l'offre.

L'agence de notation Standard and Poor's a estimé que les conditions de marché restaient "généralement solides" pour les compagnies minières, notamment grâce à la consolidation du secteur.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés