Recticel dérape en Bourse en conservant sa branche américaine

Recticel, le spécialiste belge des mousses de polyuréthane, a dérapé ce vendredi sur la Bourse de Bruxelles. Dès l'ouverture, son titre a plongé de 10,5% à 8,95 euros. En cause, le maintien en ses rangs d'Interiors Solutions qui plombe ses résultats. Le chiffre d'affaires du groupe a, pourtant, augmenté de 6% à 1,47 milliard en 2006. Son Ebitda a progressé de 29% pour atteindre 106 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2005.

(l'écho) Recticel a annoncé, à l'occasion de la publication de ses résultats 2006, qu'il n'avait trouvé aucun accord avec l'allemand Nordwind Capital pour la reprise de sa branche Interiors Solutions, constituée des activités " habillage intérieur automobile ". La division, dont elle espérait se séparer pour recentrer ses activités de base est déficitaire sur le marché américain. Recticel, en réaction, a décidé d'amortir ses actifs outre-atlantique, pour un montant de 31,1 millions d'euros et a créé une provision complémentaire de 7 millions d'euros. Un geste qui met Interiors Solutions en perte significative pour l'année 2006.

En matinée, KBCS a réduit son objectif de cours à 10,50 euros. L'analyste d'ING WB, Luc Struelens, a changé sa recommandation d' " acheter " à " conserver ", ramenant ses objectifs de cours de 12,70 à 16,60 euros. Bernard Hanssens, l'analyste de la Banque Degroof, est passé de " conserver " à " réduire ". Il a placé sa fair value du titre au-dessus de 10 euros. Après 13h00, le titre s'échangeait à 9,28 euros en baisse de 7,20 %.

Recticel termine 2006 avec une perte nette de 21,2 millions d'euros, soit une perte de 24,1% en moins que celle de 28 millions en 2005. L'Ebit a presque doublé par rapport à 2005, avec un montant de 16,3 millions d'euros. Sans l'amortissement complet des actifs américains et la provision additionnelle, Recticel réaliserait un bénéfice net de 16,9 millions d'euros. Son Ebit aurait progressé de 153%.

Recticel est présent dans 26 pays avec une centaine d'implantations. Il regroupe des marques de literie telles qu' Epeda, Beka, Lattoflex, Swissflex, Literie Bullex.

Avec 11 usines à travers l'Europe mais aussi les États-Unis, le Japon et bientôt une supplémentaire en Chine, l'activité d'Interiors a été déficitaire ces dernières années.

Vincent Georis

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés