Publicité
Publicité

Royal Boch : Michel Durant (Durobor) jette le gant

Michel Durant, au terme d'une étude approfondie, a calculé que la survie de la dernière faïencerie du pays exigeait un investissement de quelque 7 millions EUR. L'investissement ne garantissait aucune perspective de rentabilité dans des délais raisonnables. Difficile, sur base d'un tel business plan, de convaincre des investisseurs privés.