Publicité

Umicore et Cumerio en net recul sans véritable raison

Les titres Cumerio et Umicore sont en nette baisse ce jeudi sur Euronext Bruxelles sans qu'aucune raison logique explique ces mouvements. C'est vrai que le prix de la tonne de cuivre a atteint son plus bas niveau depuis neuf mois à Londres. Il a reculé jusqu'à 5.660 dollars. Depuis son précédent record historique qui remonte au 11 mai à 8.800 dollars la tonne, le métal rouge a cédé 36% de sa valeur.

(l'écho) Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, à première vue, cette chute n'a pas d'impact négatif sur la marche des affaires de Cumerio, un groupe spécialisé dans le cuivre. " C'est une mauvaise interprétation du marché, estime Filip de Pauw analyste chez ING Wholesale Banking. Cumerio n'est pas une société minière. Elle est active dans le raffinage et le recyclage du cuivre. "

Lors de la publication de ses chiffres semestriels en août dernier la direction du groupe a relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année. Elle prévoit désormais un Ebit récurrent compris entre 87 et 90 millions d'euros contre 80 millions et un bénéfice dans la fourchette de 66 à 69 millions contre 60 millions d'euros. Vers 15 heures l'action cédait 3,76% à 17,65 euros.

Le recul d'Umicore est plus sensible et encore moins rationnel. " Il s'agit sans doute de prises de bénéfices dans des volumes qui ne sont pas extraordinaires, avance Bernard Hanssens, analyste auprès de la Banque Degroof. Il faudra attendre la semaine prochaine et les retours de congés pour avoir une véritable tendance " ajoute-t-il. La recommandation de la banque sur la valeur est à " conserver ".

Pas plus d'explications auprès de la société elle-même qui n'a pas publié de communiqué ces derniers jours. " Cette baisse est plutôt liée au prix des métaux et du cuivre. Cela touche tout le secteur. " Spécialisé dans les matériaux technologiques, Umicore a annoncé à la mi-décembre son intention de lier le destin de ses activités de raffinage et d'alliage de zinc à celle du groupe australien Zinifex. Cela se fera via la constitution d'une coentreprise qui, avec une production de 1,2 million de tonnes de zinc, occupera la place de n°1 mondial.

Vers 15 heures le titre Umicore perdait 5,64% à 122,20 euros.

Stéphane Wuille

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés