Publicité

VW Forest sera probablement à l'arrêt la semaine prochaine

Il y a de grandes chances que la chaîne de montage de l'usine Volkswagen de Forest s'arrête une nouvelle fois de tourner la semaine prochaine, les employés risquant de déclencher à leur tour un conflit à la suite de la rupture, jeudi, de la concertation avec la direction, a indiqué vendredi Wim Penninckx, permanent de la LBC, la centrale chrétienne flamande de la CSC.

(belga) Les syndicats sont en effet sortis très mécontents de la réunion de jeudi, stigmatisant le manque d'informations qui leur ont été fournies. Celles-ci laissent encore, selon eux, planer trop d'incertitudes sur le sort des 650 employés de l'usine bruxelloise du constructeur automobile.

Parmi ceux-ci, environ 200 partiraient à la prépension et 60 à 70 autres opteraient pour un départ volontaire. Une centaine d'employés recevraient par ailleurs leur C4. La direction s'est engagée à garder 300 employés, mais selon Wim Penninckx, elle n'a donné aucune indication sur les fonctions qui pourraient rester en place. A cette incertitude viennent s'ajouter des rumeurs faisant état d'une liste de la direction prévoyant 150 licenciements.

Les discussions coincent aussi sur l'indemnité de licenciement. La proposition déposée sur la table par la direction est légèrement supérieure à la prime de départ volontaire, mais inférieure à ce qu'ont obtenu les travailleurs du sous-traitant Arvin Meritor, et donc insuffisante aux yeux des employés de VW Forest.

Les résultats des discussions de jeudi seront exposés lundi à 11h00 aux employés, lors d'une assemblée générale qui aura lieu à l'entrée de l'usine. Wim Penninckx s'attend d'ores et déjà à des actions.

"Lors de la consultation sur la précédente reprise du travail, il était apparu que 83% des employés étaient prêts à passer à l'action si la concertation ne donnait rien", a-t-il expliqué.

Ces actions risquent d'avoir un impact direct sur la production. Les contremaîtres qui dirigent la chaîne ont en effet le statut d'employés et figurent en outre parmi les postes les plus menacés par la restructuration. Il y a dès lors "de grandes chances que la chaîne de montage s'arrête", estime le responsable du syndicat chrétien.

Les actions seront organisées en front commun. Les syndicats ne désespèrent cependant pas de voir la direction présenter une nouvelle proposition.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés