Belgacom: le dividende trop... élevé!

Fier d’un bon bilan, le management de Belgacom s’attendait à une AG assez calme. C’était sans compter sur Eric Geenen, une nouvelle fois remonté. Si le débat a été tendu, les 28 points à l’agenda ont été approuvés à une très large majorité.

Bruxelles (L'Echo) - Peu courant de voir un actionnaire se lever pour critiquer l’ampleur d’un dividende jugé trop... élevé ! C’est pourtant le scénario auquel a dû faire face le management de Belgacom.

Réunis sur le même banc pour cause d’AG, Théo Dilissen - président du Conseil de l’opérateur - et Didier Bellens - administrateur délégué - avaient pourtant sorti les arguments pour convaincre.

Malgré la crise et la réduction drastique des dépenses en communication des entreprises, le groupe semi-publique a réussi à engranger un chiffre d’affaires de 5,99 milliards d’euros (+0,2%).

De l’animation, juste assez

Parallèlement à l’intégration de ses filiales, l’entreprise explique vouloir adopter un nouvelle politique en matière de dividende : la rémunération des actionnaires se base désormais sur le " free cash flow". Un "free cash flow" dont, bon an mal an, 70% à 80% seront reversés. Pour 2009, le dividende brut - un dividende intérimaire de 0,40 euro a été distribué en décembre - s’élève au total à 2,08 euros par action.

"Un scandale !" s’est alors empressé de réagir Éric Geenen. Le petit porteur à la casquette verte est connu de l'establishment et souhaite attirer l’attention de l’assemblée sur un point "crucial".

"50% des parts Belgacom sont propriété de l’État. En adoptant une politique de dividende si agressive, le management confirme qu’il est la vache à lait d’un pays au bord de la faillite et, surtout, met en danger la viabilité de l’activité. Que deviennent les réserves de cash ? Qu’en est-il des investissements ?"

La salle assiste alors à un bel exercice de logique arithmétique...

"Un : nous avons versé un dividende brut de 2,18 euros par action en 2008, personne n’a rien dit. Deux : nous avons investi 600 millions d’euros en 2009, peu de groupes peuvent en dire autant et la qualité de notre réseau s’en ressent. Trois : ce "free cash flow", nous le retirons au bénéfice d’une bonne année. Nos réserves ne sont pas touchées. Certains nous disent d’ailleurs trop prudent sur la dette...", développe Didier Bellens.

Oui à la 4G

La soixantaine de porteurs présents - 212 millions d’actions avaient été déposées - se laissent séduire par les chiffres et validaient à plus de 98% les 28 points à l’ordre du jour (dont la prolongation jusqu'en 2016 du mandat Lutgart Van den Berghe et Pierre-Alain De Smedt, administrateur).

Entretemps, Didier Bellens lâche la petite information du jour: Belgacom a investi massivement, ces derniers temps, pour rendre son réseau compatible à la technologie large bande LTE.

L’opérateur n’attend que la vente des licences par le gouvernement fédéral pour se lancer dans la télécommunication 4G.

F.B.

  • Pourcentage du capital représenté : 62%
  • Le montant du dividende brut : 2,08 euros
  • La date de mise en paiement du dividende : 23 avril 2010

 

 

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés