France Télécom ne confirme pas éventuelle cession de Orange Pays-Bas

"Au Pays-Bas comme dans d'autres pays nous regardons les opportunités de développement et de partenariat", a cependant indiqué le directeur financier d'Orange, Gervais Pellissier.

(afp) France Télécom a refusé mardi de confirmer de récentes informations de presse selon lesquelles il s'apprête à mettre en vente ses activités de téléphonie mobile au Pays-Bas, indiquant toutefois "regarder les opportunités de développement et de partenariat".

Interrogé sur l'éventuelle cession de cette filiale à l'occasion de la publication des résultats annuels du groupe, le directeur financier Gervais Pellissier a déclaré lors d'une conférence téléphonique: "je ne confirme pas du tout cela".

"Sur Orange Pays-Bas, nous avons effectué le +rebranding+ (changement de l'essentiel des marques du groupe en Orange, ndlr) de la partie Wanadoo en juin 2006, nous avons choisi d'introduire aux Pays-Bas nos offres convergentes, en particulier Unik", a-t-il expliqué pour commenter les récentes activités de l'opérateur dans ce pays.

"Au Pays-Bas comme dans d'autres pays nous regardons les opportunités de développement et de partenariat", a-t-il indiqué.

Le Wall Street Journal, qui avait publié cette information mi-février, avait affirmé que France Télécom a mandaté la banque Lazard pour mener cette opération, évaluée par les analystes entre 1 milliard et 1,5 milliard d'euros.

Outre des activités de téléphonie mobile, la filiale néerlandaise Orange regroupe aussi des activités d'accès internet, de téléphonie sur IP ainsi que des activités câble.

A fin 2005, Orange Pays-Bas comptait 2 millions de clients à la téléphonie mobile avec 12,1% de parts de marché dans un secteur dominé par l'opérateur historique KPN (50,6%), devant le britannique Vodafone (22,9%) et l'allemand T-Mobile (14,4%), selon les chiffres communiqués par France Télécom.

Le Wall Street Journal évoque de son côté une part de marché de 8% pour la branche mobile dans un secteur très encombré.

Sur le marché de l'internet, la filiale Orange était à fin 2005 le deuxième acteur du marché avec 14% de parts de marché, derrière KPN (31%), selon France Télécom.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés