Google reporte le lancement de portables en Chine

©REUTERS

Cette annonce intervient alors que Google a menacé de cesser toute opération en Chine, s'insurgeant contre la censure de l'internet dans ce pays et des cyber-attaques menées de son territoire.

(afp) - Google a annoncé mardi qu'il avait reporté le lancement en Chine, prévu mercredi, de deux téléphones portables développés en partenariat avec le sud-coréen Samsung Electronics et l'américain Motorola, selon l'agence Dow Jones newswires. Google a précisé dans un communiqué à Dow Jones que ce lancement devait être effectué avec l'opérateur China Unicom, mais n'a pas indiqué pour combien de temps il serait reporté ni donné d'autre détails.

Cette annonce intervient alors que Google a menacé de cesser toute opération en Chine, s'insurgeant contre la censure de l'internet dans ce pays et des cyber-attaques menées de son territoire.
A cause des incertitudes planant sur l'avenir de Google en Chine, l'entreprise californienne a estimé qu'il serait "irresponsable" de lancer les téléphones actuellement, a indiqué une personne proche du dossier, citée par Dow Jones.

Les compagnies concernées n'ont pas souhaité commenter, selon la même source.

Les attaques informatiques dénoncées par Google ont notamment débouché sur un vol de propriété intellectuelle, tandis que des pirates accédaient à des comptes de sa messagerie électronique, Gmail, appartenant à des défenseurs des droits de l'Homme en Chine, selon ses accusations.

Lundi, le Club des correspondants étrangers en Chine (FCCC) a aussi annoncé que des comptes Gmail de journalistes étrangers travaillant en Chine avaient été piratés.

Google a indiqué ne plus être enclin à appliquer la censure réclamée par les autorités chinoises sur ce marché de plus de 380 millions d'utilisateurs.
Les Etats-Unis ont souhaité avoir des explications de Pékin sur cette affaire.

Le gouvernement chinois a pour sa part affirmé que le secteur de l'internet chinois était ouvert aux étrangers à condition qu'ils respectent les lois chinoises, tout en assurant que la polémique actuelle n'aurait pas d'impact sur les relations économiques sino-américaines.

Des médias chinois ont pour leur part accusé Google d'avoir trouvé le bon prétexte pour quitter un marché où il n'a pas réussi à se tailler la part du lion, réservé au géant local, Baidu.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés