Pour Roularta, le plus dur semble passé

Rik De Nolf, CEO de Roularta

L'assemblé générale de Roularta aura surtout été l'occasion pour l'équipe dirigeante de commenter ses résultats trimestriels et annuels, de confirmer une sortie de crise ainsi que la nomination de trois nouveaux administrateurs indépendants.

Bruxelles (L'Echo) - C’est dans une salle remplie des périodiques soigneusement reliés dans de beaux ouvrages qu’avait lieu l’assemblée générale de Roularta. Tout un symbole pour celui qui comme tout le secteur se situe à la croisée des chemins entre l’aire digitale et les supports classiques.

Evidemment, après avoir publié des résultats pour le premier trimestre en phase avec ceux de 2009, le groupe peut souffler. Dès le second semestre 2009, la descente aux enfers s’est atténuée. L’occasion pour l’équipe dirigeante de faire le point devant des actionnaires attentifs mais relativement silencieux.

Les chiffres annuels et trimestriels on les connaissait déjà. On apprenait ce lundi que sur base comparable et sans les activités cédées, le chiffre d’affaires trimestriel a baissé de moins d’un pourcent par rapport à la même période en 2009. Depuis pourtant, une restructuration est passée par là. Pour rappel, le groupe actif dans plusieurs pays européens et essentiellement en France et en Belgique s’est entre autres séparé de sa division de disques optiques. En Belgique, 140 postes ont été supprimés, en France une centaine, tandis que le groupe télévisé VTV qui représentait aussi 100 collaborateurs a été repris par le groupe français Kol.

"La visibilité pour le futur reste très basse même si nous percevons une tendance positive. En 2010 nous nous attendons à un chiffre d’affaires relativement stable, voire en légère progression tandis que le profit et l’EBITDA devraient eux bien progresser"
, a expliqué Rik De Nolf, CEO de Roularta.

Comme pour tous les groupes médias, c’est surtout via la publicité que Roularta a souffert de la crise. Au premier trimestre, les revenus publicitaires issus des médias imprimés ont baissé de 3% tandis que ceux issus des activités internet ont progressé de 19,5%. "Le vrai problème, ce sont les prix. Ils ont été fortement bradés pendant la crise. En particulier, pour les médias qui ne possèdent pas un public cible, les prix ont frôlé le ridicule", admet-il.


Trois nouveaux administrateurs

L’assemblée générale a aussi été l’occasion pour Roularta de confirmer la nomination de trois nouveaux administrateurs indépendants. Le premier d’entre eux, Carel Bikkers, est un hollandais habitué à l’univers des médias vu qu’il a exercé à la tête d’un groupe média néerlandais Audax. La deuxième, Marleen Vaesen, actuelle vice-présidente du groupe de produits de consommation Sara Lee a accumulé une expérience de 17 ans en tant que directrice marketing chez Procter & Gamble. Enfin, la société Pure Vie basée à Heverlee et représentée par Marc Verhamme vient compléter le trio.

Face à son équipe recomposée et aux actionnaires M. De Nolf a conclu pour sa part qu’il croyait "pouvoir recoller avec les chiffres d’avant crise dès cette année". Les résultats semestriels complets seront eux connus le 19 août prochain.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés