Publicité

Premier bénéfice pour Be TV

Le patron de la chaîne, Daniel Weekers, respire. BE TV a affiché un bénéfice semestriel positif.

«C'est mon conseil d'administration le plus agréable depuis deux ans !» Daniel Weekers, patron de Be TV, a de nouveau la pêche. Il a enfin pu communiquer des résultats positifs à ses actionnaires. Pour la première fois depuis sa création en octobre 2004, Be TV gagne de l'argent. Au cours du premier semestre 2007, l'opérateur de chaînes payantes a enregistré un bénéfice net de 2.150.000 euros et un Ebitda de 4.125.000 euros. «Nous respectons le timing de notre business plan initial, affirme-t-il, mais lorsque Belgacom TV est arrivé il y a deux ans, nous avons dû revoir nos ambitions à labaisse. Aujourd'hui, nous sommes plutôt en avance.»

L'irruption de Belgacom TV conjuguée à la perte des droits sur le football belge avait fait fuir des milliers d'abonnés et plombé les comptes de l'entreprise. Mais suite à une restructuration drastique (40 emplois supprimés sur 225) et à la musculation de la grille avec, notamment, le lancementdu bouquet «Be series», Be TV a retrouvé de sa superbe.

Au cours des huit derniers mois, le nombre d'abonnés est ainsi passé de 116.000 à 123.000 et le nombre d'abonnements de 268.000 à 285.000. Toujours prompt à titiller l'opérateur national, Daniel Weekers affirme aussi avoir récupéré les «déçus» de Belgacom TV. «Nous avons de notre côté un taux de satisfaction de 82%; jamais il n'a été aussi élevé, claironne le flamboyant patron: nous avons bétonné les contrats avec les majors hollywoodiennes et avec les détenteurs des droits sur les grands championnats européens de foot.» D'ici la fin de l'année, la trésorerie de Be TV devrait atteindre les 25 millions d'euros. Récemment, elle a bénéficié d'une augmentation de capital de 12 millions d'euros. Deficom, le véhicule financier piloté par Daniel Weekers, a en effet exercé ses warrants, portant sa participation dans Be TV de 15 à 33%.

Les poches à nouveau bien remplies, Be TV va pouvoir investir et travailler en synergie avec les câblos, ses principaux actionnaires (50,1%), désormais réunis sous la bannière de Voo. D'ici quelques semaines, ils devraient décider l'achat en commun de décodeurs compatibles haute définition. Be TV, qui se dit prêt pour lancer la HD, négocie d'ailleurs actuellement avec Coditel pour créer, d'ici la rentrée, une offre sur la plate-forme HD lancée en juin par ce dernier.

Be TV et Voo réfléchissent aussi à des promotions communes afin de proposer, par exemple, Be TV à l'essai dans le cadre de l'offre triple play (TV, téléphone, internet) des câblo-distributeurs. Sans doute participeront-ils aussi ensemble aux négociations sur les droits sur le foot belge pour lapériode 2008-2011. «Mais on ne sait pas ce que la Ligue professionnelle va nous proposer», remarque Daniel Weekers que se dit intéressé uniquement par une formule «à l'ancienne» (avant Belgacom TV), à savoir la retransmission de 2 à 3 matchs par semaine sur une chaîne premium. «Le foot sur une chaîne dédiée ou en pay-per-view, cela ne marche pas», tranche, en vieux renard du dossier, le patron de Be TV.

Jean-François Sacré

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés