Stock-options chez Apple: deux cadres inculpés, Steve Jobs éclaboussé

Après plusieurs mois d'enquête, la SEC, le régulateur boursier américain, a inculpé mardi l'ex-directeur financier Fred Anderson et l'ex-directrice juridique Nancy Heinen pour avoir illégalement antidaté des stock-options, qui ont surtout profité au PDG Steve Jobs. Mais elle n'a retenu aucune charge contre ce dernier, ni contre le groupe Apple.

(afp) Le PDG d'Apple, Steve Jobs, a été épargné mardi par les autorités boursières américaines dans une affaire de stock-options antidatées mais se retrouve éclaboussé par les révélations de deux ex-cadres du groupe qui ont été inculpés. Après plusieurs mois d'enquête, la SEC, le régulateur boursier américain, a inculpé mardi l'ex-directeur financier Fred Anderson et l'ex-directrice juridique Nancy Heinen pour avoir illégalement antidaté des stock-options, qui ont surtout profité au PDG Steve Jobs. Mais elle n'a retenu aucune charge contre ce dernier, ni contre le groupe Apple.

Steve Jobs avait déjà fin décembre proclamé sa bonne foi tout en présentant des excuses publiques pour cette affaire, alors que des scandales similaires ont entraîné la démission de dizaines de patrons de sociétés high-tech américaines ces derniers mois. La SEC a finalement jugé que l'ancienne directrice juridique était la principale responsable.

Nancy Heinen a, selon la SEC, été à l'origine de l'affaire en suggérant personnellement les dates fictives à inscrire pour deux programmes de distributions de stock options en 2001. Elle a aussi écrit le compte rendu d'une réunion du conseil d'administration qui ne s'est en fait jamais tenue. Cela lui a permis de masquer cette opération dans les comptes et d'en profiter elle-même. Fred Anderson s'est vu lui reprocher de ne pas avoir vérifié les comptes et d'avoir lui aussi encaissé une plus-value illégale.

L'action Apple a clôturé quasiment inchangée mardi soir, signe que le marché juge pour l'instant que Steve Jobs et son groupe, qui commercialise notamment l'iPod, sont à l'abri. Apple n'a pour sa part fait aucun commentaire sur les inculpations. Mais Steve Jobs n'est pas entièrement tiré d'affaires, car les deux inculpés l'ont mis en cause, laissant entendre directement ou indirectement qu'ils n'ont fait que suivre ses instructions.

Fred Anderson, qui a conclu un accord pour mettre fin à la plainte en acceptant de rembourser 3,5 millions de dollars, a affirmé mardi avoir suivi à la lettre les instructions spécifiques de Steve Jobs. Nancy Heinen a elle affirmé mardi que "toutes ses actions avaient été approuvées et comprises par le conseil d'administration". Les deux cadres ont démissionné vers la mi-2006, alors qu'Apple démarrait une enquête interne sur les stock options antidatées.

La SEC a relevé deux distributions d'options antidatés: 4,8 millions d'options attribuées début février 2001 à l'équipe dirigeante, dont Nancy Heinen et Fred Anderson, avec une date fictive du 17 janvier, ainsi que 7,5 millions d'options à Steve Jobs le 18 décembre 2001, avec une date fictive du 19 octobre. Ces antidatages ont sous évalué les charges d'Apple de près de 40 millions de dollars, dont 18,9 millions de plus-values non déclarées pour les membres de la direction et 20,3 millions de plus-values non déclarées potentielles pour Steve Jobs, a expliqué la SEC.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect