Publicité
Publicité

Telecom Italia dans la tourmente

L'action Telecom Italia a ouvert en forte baisse jeudi à Milan après la saisie de 300 millions d'euros de fonds de sa filiale Sparkle, soupçonnée de fraude fiscale, et la décision du conseil d'administration de proposer de repousser l'approbation des comptes 2009.

(afp) - Le groupe de télécommunications a annoncé mercredi soir que la justice italienne avait mis sous séquestre 300 millions d'euros de fonds de sa filiale à 100% Telecom Italia Sparkle, soupçonnée de fraude fiscale.
A la suite de cette mesure, le conseil d'administration de Telecom Italia, qui se réunit jeudi, proposera de renvoyer au 25 mars l'adoption des comptes 2009 du groupe, afin d'y voir plus clair après les accusations contre sa filiale Sparkle.
La présentation de la stratégie du groupe à la communauté financière prévue vendredi sera par ailleurs repoussée mais les dirigeants de Telecom Italia tiendront en revanche une conférence téléphonique jeudi à 16H30 GMT.

Selon le parquet de Rome, le groupe de télécommunications Fastweb, contrôlé par le suisse Swisscom, et Telecom Italia Sparkle ont facturé des montants d'environ 2 milliards d'euros de services téléphoniques et internet jamais effectués auprès de sociétés étrangères de complaisance, fraudant de cette manière le fisc pour un montant de 365 millions d'euros.
Dans le cadre de leur enquête, les magistrats ont émis 56 mandats d'arrêt dans cette affaire visant, entre autres, l'ex-patron de Fastweb, Silvio Scaglia, ou un sénateur de droite, Nicola Di Girolamo, membre du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés