Viacom attaque en justice Google et YouTube et réclame 1 milliard USD

Le groupe de médias Viacom (MTV, Paramount) a annoncé mardi avoir porté plainte contre Google et sa filiale de clips vidéos YouTube pour "violation massive et intentionnelle des droits d'auteurs" et réclame un milliard de dollars de dommages et intérêts.

(afp) Viacom, qui avait déjà ouvert un conflit avec Google et YouTube en exigeant début février le retrait de 100.000 clips vidéos pirates extraits de ses émissions télé, a précisé dans son communiqué avoir porté plainte devant un tribunal de New York.Il accuse Google et sa filiale YouTube de "violation massive et intentionnelle des droits d'auteur sur les contenus de divertissement de Viacom" et explique qu'il demande à la justice "plus d'un milliard de dollars de dommages et intérêts, ainsi qu'une injonction interdisant à Google et YouTube de violer les droits d'auteur à l'avenir".Viacom argue que "près de 160.000 clips non-autorisés extraits de ses émissions ont été diffusés sur YouTube" et que ces clips ont été vus "plus de 1,5 milliard de fois".

Viacom lance plus globalement une attaque de fonds contre toute l'activité de YouTube et Google, qu'il accuse d'avoir "un modèle économique illégal", fondé sur des recettes publicitaires liées à des contenus piratés.Il explique que son attaque en justice vise à "empêcher Google et YouTube de continuer à voler à des artistes la valeur de leur travail et obtenir des compensations pour les dommages importants qu'ils ont causés", et précise avoir tenté en vain de négocier."YouTube a construit une activité profitable en exploitant la passion des fans pour le travail créatif d'autres personnes, pour s'enrichir et enrichir sa maison mère Google", explique Viacom."Leur modèle économique, qui est fondé sur la construction de trafic d'audience et la vente de publicités sur des contenus non-autorisés, est clairement illégal", poursuit-il."D'autres distributeurs importants ont reconnu la juste valeur des contenus et conclu des accords" pour une diffusion légale, fait remarquer Viacom."

Après maintes négociations infructueuses (...), YouTube continue d'appliquer son modèle économique illégal. Nous devons donc nous tourner vers la justice pour empêcher Google et YouTube de continuer à voler la valeur d'artistes et obtenir des compensations pour les dommages importants qu'ils ont provoqués", conclut-il.

Depuis des mois, les majors de la télévision, du cinéma et de la musique essaient sans succès de faire payer YouTube, mais la plupart ont pour l'instant préféré composer, en échange de la promesse d'un partage de recettes publicitaires encore inexistantes.Google fait face actuellement à d'autres attaques en justice pour violation de droits d'auteurs: plusieurs maisons d'édition ont porté plainte contre son projet de numérisation des livres mondiaux, et plusieurs groupes de presse, dont l'Agence France-Presse, contre les pages d'actualités de son moteur de recherche.Google argue systématiquement qu'il ne fait qu'indexer les informations comme une bibliothèque, sans violer aucune propriété intellectuelle.

Les concurrents directs de Google l'attaquent, eux, désormais sur ce terrain qui se révèle son point faible: le géant informatique Microsoft l'a notamment accusé la semaine dernière dans une tribune publique de chercher à violer systématiquement les droits d'auteurs.Google est numéro un mondial de la publicité sur internet, qui représente 99% de ses recettes, et a réalisé en 2006 un bénéfice de 3 milliards de dollars.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés