Vodafone annonce des résultats en ligne avec les prévisions et dope son secteur

Malgré une perte nette de 5,426 milliards de livres (7,98 milliards d'euros) en 2007, Vodafone annonce de solides perspectives pour l'année en cours. A 12h55, son titre gagnait 4,36% à 158 pence à Londres.

(afp) Le géant britannique de la téléphonie mobile Vodafone a annoncé mardi une perte nette de 5,426 milliards de livres (7,98 milliards d'euros) en 2007 après déjà une perte de 21,916 milliards de livres en 2006, dans la foulée de la dépréciation d'actifs annoncée l'an dernier.

Vodafone a inscrit sur l'année achevée le 31 mars 11,6 milliards de dépréciations d'actifs, après déjà 23,5 milliards l'an dernier. Sur ces 11,6 milliards, 8,1 avaient déjà été annoncés au premier semestre, et s'y sont ajoutés 3,5 milliards de livres liés à des modifications tarifaires en Italie.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 31,104 milliards de livres, en hausse de 6% et en ligne avec les prévisions des analystes.

Le chiffre d'affaires a progressé de 4,3% à périmètre comparable.

Le dividende par action a augmenté de 11,4% à 6,76 pence en 2007, soit un total de 3,6 milliards de livres pour l'année écoulée. Le groupe a néanmoins prévenu de hausses du dividende par action "modestes à court terme" pour prendre en compte la dilution provoquée par l'acquisition de Hutchison Essar en Inde.

Le bénéfice net ajusté s'est monté à 6,211 milliards de livres, en léger ralentissement (-1,8%) par rapport à 2006.

Le directeur général Arun Sarin a estimé dans le communiqué que ces résultats montraient "de bons progrès dans l'exécution de la stratégie" du groupe.

En février 2006, Vodafone avait prévenu qu'il procéderait à des dépréciations d'actifs massives. Comme d'autres, le groupe avait multiplié les acquisitions au moment de la bulle technologique de la fin des années 1990, rachetant des entreprises à un prix dopé par les spéculations de l'époque.

La valeur de ces actifs, en particulier ceux de l'allemand Mannesman rachetés en 2000 pour plus de 100 milliards de livres, a été revue à la baisse. Deutsche Telekom et France Télécom ont déjà procédé à ce genre d'ajustements.

Vodafone a prévenu que les conditions de marché devraient rester "difficiles" cette année en Europe, malgré des tendances positives, le marché étant quasiment saturé. En revanche les perspectives demeurent "solides" dans les pays émergents où l'achat d'Hutchison Essar, achevé le 8 mai, va commencer à donner ses fruits.

Le groupe a énoncé ses perspectives pour l'année en cours : une hausse du chiffre d'affaires de 7% à 9,5% (33,3 à 34,1 milliards de livres) et un bénéfice d'exploitation ajusté stable (9,3 à 9,8 milliards de livres après 9,5 milliards en 2007).

Les dépenses en capital devraient atteindre 4,7 milliards à 5,1 milliards de livres dont plus d'un milliard en Inde, tandis que la trésorerie disponible devrait tourner autour de 4 à 4,5 milliards de livres.

Ces résultats ont finalement plu au marché, et l'action Vodafone prenait 3,50% à 156,70 pence à la Bourse de Londres, les courtiers restant tournés à l'achat.

Cazenove a ainsi réitéré sa notation à "surperformer", en notant que l'action Vodafone se négociait assez nettement moins chère que celle de BT par exemple.

Goldman Sachs a considéré que les perspectives de Vodafone pour l'année en cours montraient la confiance du groupe dans sa capacité à maintenir son chiffre d'affaires et à continuer à pratiquer des réductions de coûts sur les marchés les plus mûrs. La banque a aussi bien accueilli la "modeste" croissance du dividende à court terme annoncée mardi, remarquant qu'elle était plus optimiste que le dividende "au moins stable" annoncé précédemment.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés