324 emplois à la trappe chez HP

Le groupe informatique HP a annoncé un plan de licenciement collectif de 324 postes de travail. Au total, la filiale belge du groupe américain emploie quelque 2.500 personnes actuellement.

Bruxelles (L'Echo) - La société informatique HP, implantée à Diegem, près de Zaventem, a annoncé un plan de licenciement collectif de 324 postes de travail, selon le syndicat libéral CGSLB. La filiale belge du groupe informatique américain emploie quelque 2.500 personnes actuellement.

Plongé dans une profonde refonte de son organisation depuis l'acquisition de EDS en 2008, le groupe avait déjà annoncé, début 2009, son intention de réduire ses effectifs européens de 2% d'ici 2011.

D’après la porte-parole du groupe en Belgique, Anneleen Holleweg, HP souhaite clôturer les procédures de licenciements avant la fin de l’année. Les travailleurs concernés seront prévenus dans les semaines à venir.

La répartition des postes concernés dans les activités et les fonctions fera l'objet de discussions au cours des prochains mois avec les différents représentants des employés.

Outre les licenciements, une partie du personnel de Hewlett-Packard sera transférée vers HP Customer Delivery Services, une filiale du groupe basée à Vilvoorde.

“Nous nous rendons bien compte de l’impact de cette décision sur nos employés et leurs familles et nous prendrons nos responsabilités.”, ajoute Anneleen Holleweg.
 

Les syndicats déplorent

Les syndicats d'HP Diegem déplorent l'annonce du licenciement collectif mais l'on de doit pourtant pas s'attendre à des actions immédiates du personnel. La phase d'information et de consultation à propos de la procédure de licenciement commence jeudi et durera peut-être plusieurs mois, selon les syndicats.

Malgré le calme apparent, les syndicats insistent sur leur volonté d'entrer dans les négociations en maintenant leur objectif "zéro licenciement".

"La direction avance comme raisons à ces licenciements collectifs la diminution des chiffres de vente dans le secteur IT et la délocalisation de certaines activités.", a indiqué le secrétaire CNE Koen Dries.

Les 4 syndicats concernés (CNE, ACLVB, LBC et Setca) ont insisté sur les risques pris par la direction de Hewlett-Packard en se séparant de techniciens alors même que le groupe bénéficie de résultats satisfaisants. Ils previennent également qu'une pénurie d'informaticiens pourrait survenir dès l'année prochaine.


Le syndicat libéral annonce qu'il va tenter d'aller au fond sur la question des salaires et des conditions de travail des 472 employés qui seront transférés chez CDS à Vilvoorde.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés